Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 août 2011 5 12 /08 /août /2011 13:30

petite-toilette-290472.jpg

 

 

Je viens de finir : Elever son enfant ... autrement  de Catherine Dumonteil-Kremer.

Au départ, en le lisant, j'avais l'impression de ne pas apprendre grand-chose, mais plus la lecture a avancé, plus je me suis sentie surprise. (Et souvent très intéressée.)

Ca m'a donné envie de parler du maternage, de nouveau! En fait, en le lisant, je me suis rendu compte qu'il y a beaucoup plus de choses à dire que je ne le pensais à ce sujet. Disons que le "mouvement" (si on peut appeler ça comme ça) est "pratiqué" de façon plus ou moins "investie".

Pour ceux qui s'investissent à fond, c'est une vraie philosophie, et une vie très différente de celle qu'on a l'habitude de mener dans nos bons vieux pays industrialisés..

J'aime assez cette philosophie, et cette façon de vivre, mais je ne me vois pas changer autant de choses dans ma vie. D'un point de vue un peu éloigné, je trouve qu'on peut considérer ceux qui vivent à fond dans le maternage en quelque sorte comme des babas-cool. (Je parle de ceux qui appliquent tous les points évoqués dans le livre, si c'est possible de le faire..)

Ca me fait un peu penser aux hippies qui partaient élever des poules et des chèvres. Je ne trouve pas que ce soit un mal en soi, au contraire. Mais il faut vraiment être motivé, et que ce soit un projet de couple.

Je vais essayer de récapituler ici ce que j'ai découvert.

1.) Grossesse et accouchement "nature"

- Accouchement à domicile
- Sans péridurale
- Préparation la grossesse selon Bonapace
- Haptonomie
- Yoga..

2.) Education non violente

C'est-à-dire une éducation sans violence physique ni psychique. On apelle cela aussi parentalité positive.

- Pas de coup
- Pas d'humiliation
- Pas de cri
- Pas de punition car c'est soit humiliant, soit violent

Par exemple : pas de punition par isolement, car cela revient à dire à son enfant de régler seul ses problèmes alors qu'il ne parvient pas à maîtriser ses émotions. A savoir qu'un enfant qui fait un caprice est un enfant en général fatigué, et/ou qui a eu des contrariétés plus tôt dans la journée, et qui trouve un prétexte pour évacuer ses émotions négatives. Un peu comme la goutte d'eau qui fait déborder le vase.

Du côté des parents, le fait de crier, d'envoyer dans sa chambre, ou pire de lever la main ne résout en rien le problème de l'enfant, qui ne sait pas comment faire autrement pour se décharger.

Après, je ne vais pas rentrer dans les détails pour ce concept dans cet article, j'en reparle un peu ici.

3.) Concept de "simplicité volontaire"

Ou le fait de s'éloigner volontairement du courant de consommation dans lequel baigne notre société occidentale. Comment?

- En refusant d'acheter du neuf  (récupération : habits, meubles, matériel de puériculture, jouets, etc.. )
- En acceptant de posséder peu.
- En acceptant d'avoir un peu moins d'argent, pour passer plus de temps en famille
- Le fait-maison
- Vivre à la campagne, avoir son potager, etc.. 

4.) Fait maison

- La cuisine : faire son pain, ses gâteaux, des biscuits avec les enfants
- La couture : faire soi-même ses vêtements, faire sa propre écharpe de portage, tricoter pour la famille...
- Avoir son potager maison, cultiver ses fruits et légumes bio

5.) Beaucoup d'écologie

- Les couches lavables ou hygiène infantile précoce
- Manger bio, local, de saison..
- Habitat écologique (les plus extrêmes vont même jusqu'à vivre en tipi, péniche, yourte, etc, parfois sans électricité!)
- Produits ménagers écologiques, etc..
- Récupération

6.) Proximité entre la mère et son enfant

- Peau à peau
- Allaitement long
- Massage du bébé et de toute la famille
- Co-dodo...
- Portage intensif
- Bercement du bébé, balancement, tapotement
- Chant de berceuses (traditionnelles ou du monde)
- Enfants pas forcément scolarisés, enseignement par les parents

9.) Apprentissage de l'enfant au plus près de ses besoins individuels

- Enfants parfois non scolarisés, enseignement par les parents
- Choix d'une école avec une pédagogie particulière :
- Pédagogie Montessori
- Pédagogie Freinet
- Envoi tardif de l'enfant à l'école


8.) Médecine naturelle

- Suivi par un médecin ou pédiatre homéopathe
- Refus ou report de certains vaccins
- Médecine par les plantes
- Ostéopathie etc..

9.) Alimentation naturelle

- Bio, de saison, local, du jardin
- Végétarisme
- Manger cru
- Premières purées du bébé : aliments prémâchés par sa mère puis donnés comme une becquée
- Diversification dirigée par l'enfant

10.) Rituels

Intégration de rituels pour marquer le passage de certaines étapes de vie :

- Rituel du 7ème mois de grossesse
- Red partie : rituel pour célébrer l'arrivée des premières règles


Un certain décalage ...

De mon point de vue, accomplir tout cela reste un peu extrême tout de même. Il y a plusieurs points qui me plaisent énormément, mais je ne me verrais pas partir à fond dans cette mouvance.

Je remarque tout de même un grand décalage entre le maternage "pur et dur", et les préconisations de santé publique et de la psychologie classique, les avis généralisés. J'aime bien lire des magazines du type "parents" ou "famili", mais je dois dire que je ne me reconnais pas complètement dans ce type de lecture.

Quand on parcourt un peu ce genre de magazine, on nous parle beaucoup plus de biberons que d'allaitement long. L'allaitement a l'air génial les 3-4 premiers mois, après, on n'en parle pratiquement plus. On nous explique en long et en large les différents modes de garde, le sevrage, la reprise du travail, etc...

Les spécialistes interrogés chez "famili" et compagnie sont entre autres Marcel Rufo et E. Badinter, connus pour leur avis très critique face à l'allaitement prolongé (voire même l'allaitement tout court..).

Il faut aussi prendre en compte que ces magazines sont édités par les mêmes groupes que les magazines féminins du genre cosmopolitain, biba et autres, qui véhiculent des valeurs et des idées qui sont très individualistes. Ils mettent surtout en avant le plaisir personnel, la vie active, l'indépendance, le libertinage, la surconsommation, etc... Des valeurs qui ne sont, pour la plupart, pas les miennes.

Les magazines familiaux publiés par ces mêmes groupes sont certes plus "humains", mais restent très axés sur la consommation. Il n'y a qu'à regarder le nombre du publicités pour des jouets, des laits artificiels, des produits pour bébé contenant plein de produits de synthèse, etc.. Sans compter comme je le disais, le point de vue de l'indépendance, qui fait qu'on parlera en priorité des modes de garde, de la reprise du boulot, de comment préparer un biberon.. Pas étonnant que ce genre de lecture ne cautionne pas du tout les principes du maternage...

Cela reflète assez bien notre société, dans laquelle la famille a été sacrifiée pour la consommation. Les femmes travaillent, elles doivent rester indépendantes, "libres", avoir de l'argent. Personne n'est prêt à sacrifier ses biens matériels, à vivre avec moins. On met les enfants à la crèche très tôt pour pouvoir continuer à travailler. Personne n'est disponible pour s'occuper des personnes âgées, qui vont donc en maison de retraite. Dans les grandes villes, un couple sur deux divorce. Dès la naissance, on nous prône l'indépendance et la séparation : biberons, bébé dans sa chambre, crèche, nounou et compagnie.. C'est un peu caricaturé, mais c'est comme ça que je le ressens. Je ne dis pas que c'est la "faute" des parents, je pense que c'est un problème de notre société actuelle.  

Du coup, je me retrouve plus dans le maternage, mais pas de façon "absolue"...

Ce que je trouve nécessaire de modérer :

Il y a quand même certains points que je trouve un peu délicats, dans le maternage.

La première chose concerne les médecines naturelles. Je vais donner un exemple véridique, très extrême heureusement, mais qui m'a fait réfléchir...

Assez récemment, une fillette de 11 mois est morte d'une bronchite.. Ses parents étaient végétaliens, et les enfants aussi. La petite pesait un peu plus de 5 kg à 11 mois, elle était encore allaitée (ce qui n'est pas un mal en soi, évidemment). Ses parents étaient contre les médicaments allopathiques et tentaient de la soigner avec du chou... Ils ont refusé de l'hospitaliser contre l'avis des médecins, en qui ils n'avaient pas confiance..

Evidemment, tous les fans de maternage, médecine naturelle et même végétaliens ne tombent pas dans ce genre d'extrémisme. Et heureusement, ce genre de cas semble assez rare. Mais il suffit d'un petit cas isolé pour mettre une ombre au tableau. En lisant cette histoire sur yahoo, ça m'a fait froid dans le dos, et je me suis dit : encore un argument pour les "anti allaitement-long" et antimaternage. Le problème, c'est que dans notre société, on veut mettre tout le monde dans le même panier. Il suffit que quelqu'un fasse n'importe quoi au nom de quelque chose, et tous les gens qui se réclament de ce "quelque chose" sont taxés d'extrémisme.

Bref, tout ça pour dire que je trouve que les médecines naturelles, homéopathie, etc... sont plutôt de bonnes choses, et évidemment, les antibiotiques ne doivent pas être automatique (on commence à le savoir et les pédiatres aussi...). Et oui, certains médicaments courants sont plus nocifs que bons. Mais il faut tout de même savoir faire la part des choses, et lorsque l'état de santé de l'enfant se dégrade trop, savoir faire confiance à un pédiatre (qui peut tout aussi bien être un médecin homéopathe!!).

Un autre point qui m'a fait réfléchir, c'est la non-scolarisation des enfants. Je pense qu'un enfant a aussi besoin de voir d'autres personnes et d'autres enfants. L'humain est un être sociable, et vers 2-3 ans, il a besoin d'interactions avec d'autres individus de son âge. Nous vivons dans une certaine société, dont les enfants ont besoin d'apprendre les codes. En restant à la maison, je crains que cela amène à un certain isolement et une mauvaise compréhension du monde dans lequel nous vivons.

D'une façon générale, comme pour toute chose, il ne faut pas tomber dans l'extrême. Je pense que la voie du milieu est souvent la plus sage.  

 
Ce qui me touche :

 

J'ai particulièrement aimé  le principe de simplicité volontaire. Partir à la campagne, s'éloigner du rythme effréné de la ville, posséder moins mais passer plus de temps en famille, manger la production du jardin, se passer de télévision, respirer de l'air pur, accumuler moins d'objets à la maison, se contenter de l'essentiel...

Ca donne envie.. Après, quitter vraiment la ville n'est pas forcément une chose facile, donc plutôt essayer d'entrevoir comment adapter ce concept à la vie citadine. Ou à l'inverse, tenter d'adapter la vie citadine au principe de simplicité volontaire. Un défi à relever! ;) 

Comme je l'ai dit précédemment, j'ai été très intéressée d'en apprendre plus sur l'éducation non violente. Sans punition, sans cri, sans humiliation, etc.. Pour aller plus loin, voici également deux articles intéressants à ce sujet : ici et ici.  

Evidemment, j'en ai déja parlé, j'aime le principe de proximité familiale dans le maternage. Le contact parent/enfant, les rapprochements dans le couple, la famille. Je ne vais pas m'étendre plus là-dessus, parce que j'ai développé ce sujet un peu plus haut.

Et forcément, c'est d'actualité : la notion d'écologie, protection de la nature, vivre en étant attentif à notre environnement. C'est dans ce sens que vont aussi l'allaitement, les couches lavables, la récupération, la simplicité volontaire.


Articles en lien : Qu'est-ce que le maternage..  
et : J'en ai la tête qui tourne parfois...  

Partager cet article

Repost 0
Published by unbebebienreel.over-blog.com - dans Vie quotidienne et bien-être
commenter cet article

commentaires

pachamama 22/01/2013 13:09

Super article.
J'ajouterais que l'on entend souvent que le maternage est une mode.
Alors que c'est vieux comme le monde et que ce sont des pratiques largement majoritaires lorsque l'on sort de la France.
Je crois que ce maternage constitue une base de confiance en soi et en les autres que l'enfant gardera en grandissant.

A vouloir couper le cordon trop vite, c'est là qu'on risque de les rendre dépendants affectifs car ils chercherons tout leur vie à combler un manque.

Au regard du temps de vie de l'humanité sur terre, le fait d'autonomiser l'enfant rapidement, le faire dormir dans sa chambre, etc, c'est cela qui est une mode très récente!

unbebebienreel.over-blog.com 22/01/2013 13:17



Je pense qu'on parle de "mode" parce que cela ne va pas dans le sens de la société actuelle. Mais je suis tout à fait d'accord avec toi, le maternage est plutôt un retour au sources, c'est vieux
comme le monde. Sauf qu'avant, il n'avait pas besoin d'être appelé d'une certaine façon, puisqu'il était la norme.. :)