Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 janvier 2016 1 18 /01 /janvier /2016 15:31
Mosquée Molk Shiraz, Iran
Mosquée Molk Shiraz, Iran

Quand j'avais 5 ans, ma mère s'émerveillait du fait que je ne prêtais pas attention à la couleur de peau de mes camarades. Elle aimait raconter une anecdote, la fois où je lui parlais d'un garçon, en essayant de lui faire comprendre de qui il s'agissait par la description. Je lui ai dit qu'il était grand, qu'il avait des lunettes, que sa maman était toujours bien habillée, etc... Ma mère ne voyait toujours pas de qui il s'agissait, et il s'est avéré que j'avais omis de préciser qu'il s'agissait du seul enfant d'origine africaine de ma classe... Elle disait que les enfants n'étaient fondamentalement pas racistes, et que c'était quelque chose qui venait plus tard.

Elle aimait que j'aime les enfants différents. Lors de mes premières classes, mes meilleures amies étaient toujours les mal aimées : une petite vietnamienne issue des boat people, avec un léger retard mental, une petite portugaise qui n'était pas tout à fait continente et que les autres enfants accusaient de sentir le pipi...

J'ai toujours pensé que ma mère était une femme très tolérante. Que les différences ne lui posaient aucun problème.

Mon opinion a un peu changé depuis que je suis devenue musulmane. En fait, les gens "tolérants" tolèrent beaucoup de choses, mais pas tout. C'est normal, j'imagine. Seulement là où ça me blesse un peu, c'est lorsque je réalise qu’en tant que musulmane pratiquante, je suis à peine tolérée, simplement à cause de ma religion.

L'antithèse

Depuis des années, les médias diffusent une image erronée de l'Islam, en ne le présentant que sous le prisme des extrémistes et autres malades mentaux perpétuant des actes barbares en les attribuant à notre religion.

Et voila qu’un nouveau groupe d’extrémistes qui prétend être un état islamique se met à attaquer violemment la France, et tout un tas d’autres pays. Sous de faux prétextes, ils répandent de la noirceur et de la peur.

Le problème, c'est que les occidentaux utilisent les termes extrémisme et islamisme pour désigner un peu de tout... De la violence, des pratiques musulmanes minoritaires, des choses interdites par l'Islam, de fausses interprétations faites par des gens incompétents, des dérives, etc…Cependant, le mot "extrémisme" englobe également des pratiques musulmanes tout à fait normales.

Les extrémistes musulmans sont (malheureusement) des musulmans. Ils font des choses contraires à notre religion, transgressent même souvent des lois fondamentales de l’Islam. Mais ils font également des choses qui font partie de notre religion. Comme, par exemple, prier 5 fois par jour. Jeûner pendant le mois de Ramadan. Porter un certain type de vêtements. Ils utilisent des symboles, comme des drapeaux sur lesquels sont inscrits les deux témoignages, ou le sceau de notre prophète bien aimé, salallahou alayhi wa salam.

Si à cause d'eux, certains symboles purs deviennent des symboles de haine, cela me fait mal. Les deux témoignages inscrits sur leurs drapeaux ne leur appartiennent pas, tout comme le fait de prier 5 fois par jour ou de porter un foulard pour cacher ses cheveux. Même le fait de dire « Allahou akbar » résonne maintenant comme un cri de guerre…

Le nom d'Allah, un symbole pur et pacifique
Le nom d'Allah, un symbole pur et pacifique

En tant que musulmans, nous nous retrouvons de plus en plus dans une posture instable. C’est blessant d'être catégorisé et mis dans la même case que ces gens-là, sous prétexte qu’ils se réclament de notre religion.

En tant que parents musulmans pratiquants, on doit souvent justifier nos choix éducationnels. Les autres font planer une sorte d'avertissement tacite dès qu’on s’écarte de leur point de vue occidental. Ils ne le disent pas forcément clairement, mais on le ressent ainsi : « Attention de ne pas tomber dans l'extrémisme »...

L’extrémisme, cela fait peur, mais ça ne devrait pas pousser les musulmans vers le laxisme.

Il y a deux jours, Francois Burgat, directeur de recherches au CNRS, disait : « Un bon musulman, pour les élites françaises, est un musulman qui n’est plus musulman. », et que le seul Islam acceptable dans les médias dominants et auprès des politiques occidentaux était « un islam soumis ».

Pèlerins à la Mecque

Pèlerins à la Mecque

Les extrémistes sont l’antithèse de leur religion : ignorants, haineux, violents, extrêmes, négatifs, démolisseurs, arrogants, assoiffés de vengeance, pleins de noirceur et d'obscurité, beaucoup d’entre eux sont des délinquants. Ils se servent de la religion comme prétexte pour asseoir leur soif de pouvoir, de vengeance, ou leur besoin de reconnaissance.

Alors que l'Islam, c'est le contraire. C'est la science, la connaissance, l'amour, la clémence, la douceur, le juste milieu, la pratique, la positivité, l'humilité, la construction, le pardon, la lumière, et la paix.

Islam et Salam (la paix) ont la même racine en arabe (les consonnes SLM), et donc un sens commun. D’ailleurs, la salutation musulmane, « As salamou alaykoum », signifie : « Que la paix soit sur toi. » En tant que musulman, on doit chercher à s'améliorer et à s'élever, à aimer les autres, quels qu’ils soient.

Même dans les batailles, notre bien aimé prophète et ses compagnons se conduisaient avec noblesse. Je vais citer ici un exemple :

Durant la bataille de Khaïbar, Ali ibn Abi Talib avait mis un des ennemis à terre et s’apprêtait à le tuer lorsque l’homme lui cracha au visage. Il se leva tout de suite et l’abandonna. L’homme courut derrière lui et lui demanda pourquoi il l’avait abandonné sans le tuer. Ali lui répondit : “Lorsque je t’ai mis à terre, je voulais te tuer pour la cause d’Allah, mais lorsque tu as craché, j’allais le faire par vengeance pour moi-même. »

Les deux hommes cités ici étaient en contexte de guerre, et étaient tous les deux des combattants sur un champ de bataille. Imaginez le comportement de ces gens-là en temps de paix, s’ils étaient capables de cette noblesse dans l’adversité…

La Kaaba, par un artiste dont j'ignore le nom

La Kaaba, par un artiste dont j'ignore le nom

Beaucoup de gens s’étonnent que j’aie choisi un jour de devenir musulmane. Ils ne comprennent pas qu’une personne sensée fasse ce choix, et encore plus venant d’une femme.

Malgré eux, ils sont influencés par le discours ambiant, les messages répétés par les médias. Ils pensent que l’Islam est une religion de haine et de violence.

L’année 2015 a été une année très difficile moralement. Comment expliquer aux enfants que ces méchants-là sont des musulmans ? Comment expliquer au monde occidental que ces méchants-là sont terriblement minoritaires, et qu’ils ne nous représentent absolument pas ?

Ca me fait mal de les appeler musulmans, parce que comme je l’ai déjà dit, je trouve qu’ils sont exactement l’antithèse de l’Islam.

J’ai découvert l’Islam à travers des personnes lumineuses. Au départ, je ne connaissais rien à cette religion, mais j’ai aimé la droiture et la noblesse de caractère des musulmans. L’honnêteté. Des gens plus pauvres que moi, mais plus généreux. La bienveillance, la fraternité, des gens souriants. L’humilité. Ils étaient musulmans, et au départ, je ne le savais pas. J’ai aimé la chaleur de leur présence, et j’ai souhaité devenir comme eux.

Si j’avais rencontré des barbares, je me serais enfuie…

L'antithèse

Cette noblesse de caractère que j’ai sentie et aimée chez eux est un héritage de notre bien aimé prophète Mohammed, salallahou alayhi wa salam. Elle a été transmise de notre bien-aimé à ses compagnons, de ses compagnons à leurs élèves, puis de parent à enfant.

Quiconque se réclame musulman devrait s’inspirer de lui. Chercher à purifier son corps, son cœur, son esprit et son âme. Le vrai djihad, le plus important, c’est de combattre son égo. Chercher à s’améliorer, à changer son comportement pour devenir quelqu’un de sage, doux, pieux, bienveillant.. Chercher à s’élever spirituellement par le rapprochement d’Allah et de Son bien-aimé…

Quand on aspire à la spiritualité musulmane, nos chouyoukh bienveillants nous apprennent les 3 priorités du musulman :

1.) Aimer Allah et Lui obéir. (Foi, Prière, Jeûne, Aumône, Pèlerinage, Respect d'un ensemble de règles, Purification du cœur, Bon comportement)

2.) Aimer le prophète Mohammad, salallahou alayhi wa salam, et suivre sa Sunnah. Le comportement du prophète Mohammad, salallahou alayhi wa salam, était exemplaire. Il était honnête, généreux, souriant, doux, fort, compatissant, pardonneur, humble, travailleur, intelligent. C’est cet exemple que nous devons suivre.

3.) Etre compatissants et cléments envers tout ce qui nous entoure, car toute chose est une créature d'Allah. La planète terre, la nature, les minéraux, les végétaux, les animaux, les humains méritent d’être aimés et respectés. Nous ne devons pas être des juges envers les autres, mais des conseillers, des guides et des aides. C’est une grande responsabilité.

L'antithèse

Suite aux attentas récents, je me demande où nous allons. Je crains un nouvel attentat. Je me sens triste pour les victimes et les familles qui restent. Je me demande ce que deviendra la situation des musulmans en France et en occident d’une façon générale. La montée du front national m’inquiète.

J'entends déjà les futures discussions sur l'identité française. Toujours les mêmes mots clés : Laïcité, Liberté, Féminisme.

Moi aussi, j'aime la liberté. La liberté de culte, par exemple.

Avons-nous la liberté de pratiquer notre religion à 100 %? Non. Nos filles ne peuvent pas porter leur foulard à l'école, elles sont obligées de se dévoiler pour éviter l'exclusion du système scolaire. Les cantines scolaires ne proposent pas d'alternative à la viande non halal, pas même une possibilité de repas végétarien pour le moment. Dans notre vie personnelle, avons-nous la liberté de choisir ce qui nous semble juste pour nous et nos enfants? Pas vraiment. Nous devons sans cesse justifier nos choix de vie car on nous regarde de travers.

Nous n'imposons pas notre façon de vivre aux autres, alors pourquoi, insidieusement, essaye-t-on de nous faire changer, de nous influencer?

La France a longtemps été un empire colonial, et dans l’esprit de beaucoup de gens, on retrouve encore ce côté paternaliste du colonialisme, et l’idée de supériorité de l’occident sur tout autre type de façon de penser ou de vivre.

Un peu avant les attentats de janvier 2015, ma mère m’a dit un jour que selon elle, l’Islam est une religion de haine, qui veut s’imposer partout en envahissant les pays non musulmans par la force. En fait, elle parlait de cette minorité de musulmans, que les médias mettent sans arrêt en avant.

Ma propre mère, qui avait toujours été si tolérante, a été convaincue par le discours général. Les médias font passer un message. Ce message est très clair : « L’Islam est une menace. » Si ma mère, me connaissant, et étant si peu conformiste, est atteinte par ce message, que peuvent bien penser la plupart des gens ?

Mosquée Trivandrum, Inde

Mosquée Trivandrum, Inde

Voici un texte qui n’est pas de moi, mais que je trouve intéressant.

Les dix stratégies de manipulation de masse

Le linguiste nord-américain Noam Chomsky a élaboré une liste des « Dix Stratégies de Manipulation» à travers les médias.

1.) La stratégie de la distraction : Élément primordial du contrôle social, la stratégie de la diversion consiste à détourner l'attention du public des problèmes importants et des mutations décidées par les élites politiques et économiques, grâce à un déluge continuel de distractions et d'informations insignifiantes. La stratégie de la diversion est également indispensable pour empêcher le public de s'intéresser aux connaissances essentielles, dans les domaines de la science, de l'économie, de la psychologie, de la neurobiologie, et de la cybernétique. « Garder l'attention du public distraite, loin des véritables problèmes sociaux, captivée par des sujets sans importance réelle. Garder le public occupé, occupé, occupé, sans aucun temps pour penser; de retour à la ferme avec les autres animaux.

2.) Créer des problèmes, puis offrir des solutions: Cette méthode est aussi appelée « problème-réaction-solution ». On crée d'abord un problème, une « situation » prévue pour susciter une certaine réaction du public, afin que celui-ci soit lui-même demandeur des mesures qu'on souhaite lui faire accepter. Par exemple: laisser se développer la violence urbaine, ou organiser des attentats sanglants, afin que le public soit demandeur de lois sécuritaires au détriment de la liberté. Ou encore : créer une crise économique pour faire accepter comme un mal nécessaire le recul des droits sociaux et le démantèlement des services publics.


3.) La stratégie de la dégradation : Pour faire accepter une mesure inacceptable, il suffit de l'appliquer progressivement, en "dégradé", sur une durée de 10 ans. C'est de cette façon que des conditions socio-économiques radicalement nouvelles (néolibéralisme) ont été imposées durant les années 1980 à 1990. Chômage massif, précarité, flexibilité, délocalisations, salaires n'assurant plus un revenu décent, autant de changements qui auraient provoqué une révolution s'ils avaient été appliqués brutalement.


4.) La stratégie du différé : Une autre façon de faire accepter une décision impopulaire est de la présenter comme « douloureuse mais nécessaire », en obtenant l'accord du public dans le présent pour une application dans le futur. Il est toujours plus facile d'accepter un sacrifice futur qu'un sacrifice immédiat. D'abord parce que l'effort n'est pas à fournir tout de suite. Ensuite parce que le public a toujours tendance à espérer naïvement que « tout ira mieux demain » et que le sacrifice demandé pourra être évité. Enfin, cela laisse du temps au public pour s'habituer à l'idée du changement et l'accepter avec résignation lorsque le moment sera venu.


5.) S'adresser au public comme à des enfants en bas-âge : La plupart des publicités destinées au grand-public utilisent un discours, des arguments, des personnages, et un ton particulièrement infantilisants, souvent proche du débilitant, comme si le spectateur était un enfant en bas-âge ou un handicapé mental. Plus on cherchera à tromper le spectateur, plus on adoptera un ton infantilisant. Pourquoi ? « Si on s'adresse à une personne comme si elle était âgée de 12 ans, alors, en raison de la suggestibilité, elle aura, avec une certaine probabilité, une réponse ou une réaction aussi dénuée de sens critique que celles d'une personne de 12 ans ».


6.) Faire appel à l'émotionnel plutôt qu'à la réflexion : Faire appel à l'émotionnel est une technique classique pour court-circuiter l'analyse rationnelle, et donc le sens critique des individus. De plus, l'utilisation du registre émotionnel permet d'ouvrir la porte d'accès à l'inconscient pour y implanter des idées, des désirs, des peurs, des pulsions, ou des comportements…


7.) Maintenir le public dans l'ignorance et la bêtise : Faire en sorte que le public soit incapable de comprendre les technologies et les méthodes utilisées pour son contrôle et son esclavage. «La qualité de l'éducation donnée aux classes inférieures doit être la plus pauvre, de telle sorte que le fossé de l'ignorance qui isole les classes inférieures des classes supérieures soit et demeure incompréhensible par les classes inférieures.


8.) Encourager le public à se complaire dans la médiocrité : Encourager le public à trouver "cool" le fait d'être bête, vulgaire et inculte…


9.) Remplacer la révolte par la culpabilité : Faire croire à l'individu qu'il est seul responsable de son malheur, à cause de l'insuffisance de son intelligence, de ses capacités, ou de ses efforts. Ainsi, au lieu de se révolter contre le système économique, l'individu s'auto-dévalue et culpabilise, ce qui engendre un état dépressif dont l'un des effets est l'inhibition de l'action. Et sans action, pas de révolution!…


10.) Connaître les individus mieux qu'ils ne se connaissent eux-mêmes : Au cours des 50 dernières années, les progrès fulgurants de la science ont creusé un fossé croissant entre les connaissances du public et celles détenues et utilisées par les élites dirigeantes. Grâce à la biologie, la neurobiologie, et la psychologie appliquée, le « système » est parvenu à une connaissance avancée de l'être humain, à la fois physiquement et psychologiquement. Le système en est arrivé à mieux connaître l'individu moyen que celui-ci ne se connaît lui-même. Cela signifie que dans la majorité des cas, le système détient un plus grand contrôle et un plus grand pouvoir sur les individus que les individus eux-mêmes.

Extrait de « Armes silencieuses pour guerres tranquilles »

Pas besoin de réfléchir beaucoup pour trouver des exemples actuels illustrant ces dix points. Le traitement de l'information au sujet de l'Islam n'en est qu'un au milieu d'autres. C'est pourquoi je trouve qu'il est important de prendre du recul pour éviter d'être manipulés par les médias.

L'antithèse

Pour terminer, je crois que nous, les musulmans majoritaires, c’est-à-dire les musulmans non extrémistes, nous avons un grand rôle à jouer actuellement. Nous devons être les ambassadeurs de notre religion.

Dans nos sociétés déshumanisées, nous devons tisser des liens avec les autres. Les musulmans, les non musulmans. Nous devons pratiquer notre religion à tous les niveaux. Cette pratique intègre le comportement lumineux, que nous devons avoir envers tous. Ne serait-ce que dire « Bonjour ! », sourire, partager, être disponible, aider les gens dans le besoin. Prendre soin de nos familles et de nos voisins. Etre écologistes et éviter le gaspillage.

Donner mille fois, cent-mille fois, donner de son temps, de l’écoute, un sourire, du matériel si on le peut. Sans rien attendre en retour. Nous pouvons être les personnes lumineuses dont tout le monde a besoin.

C’est la seule façon de combattre la violence et l’extrémisme.

Paysage japonais illuminé par des lucioles

Paysage japonais illuminé par des lucioles

Partager cet article

Repost 0
Published by unbebebienreel.over-blog.com
commenter cet article

commentaires

R. Sakasaki 07/02/2016 21:44

Nice article, hélas de plus en plus de jeunes sont crétinisés par les émissions à la tv, c'est plus simple des abrutis :) . les gens croient la tv plus que le Créateur Unique, et où une nouvelle religion pointe le bout de sont nez. La finalité est déjà écrite. C'est le rôle des Musulmans de donner une très bonne image de l'Islam. Mon job de parent est de faire en sorte que mes fils soient meilleurs que moi en religion, éducation, l'entraide aussi au niveau financier of course $$$ . c'est dommage que notre Communauté ne soit pas comme nos amis Juifs ou Sikhs qui s'entraident énormément. ca arrivera inshallah.

unbebebienreel.over-blog.com 08/02/2016 14:18

Je crois qu'une des grandes difficultés, c'est que la plupart des gens sont dans la confusion entre la culture et la religion. Pour beaucoup, l'islam devrait se limiter à une difference d'ordre culturelle, genre couscous/ thé à la menthe. Dès que l'on commence à pratiquer réellement, tout devient trouble. En France, il y a peu de références fiables de l'Islam authentique. Les gens qui se tournent vers la pratique cherchent sur internet ou des livres dans les librairies musulmanes, et tombent facilement sur des sources issues des courants salafis. D'ailleurs, en France, le fait d'être musulman pratiquant, dans l'esprit de beaucoup, c'est se rapprocher du salafis me. Alors qu'on peut etre voilée, porter des abayas, avoir une grosse barbe, porter des qamis, et etre tout à fait opposé au salafisme. Du coup, c'est compliqué. Mais c'est pour ça que quand on suit réellement la voie prophétique, on se doit d'être un exemple de bon comportement, pour toucher aussi bien les cœurs des occidentaux que ceux des musulmans qui se cherchent.

Félicitation pour ce deuxième bébé, qu'Allah vous facilite et vous protège tous les quatre.