Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 janvier 2013 3 23 /01 /janvier /2013 14:33

405941-mum-and-baby-crying.jpg

Avant la naissance de notre girafon, je pensais que l'arrivée d'un deuxième bébé était toujours beaucoup plus facile. Je m'imaginais qu'en tant que parents aguerris, expérimentés, nous serions moins perdus et moins inquiets. D'ailleurs, j'avais souvent entendu dire : "Le deuxième bébé, c'est beaucoup plus facile."

Mais lorsque notre deuxième bébé est arrivé (le girafon), j'ai changé d'opinion... Il faut dire que les premiers mois, c'était un bébé "qui pleure". Enfin, un bébé qui n'arrête de pleurer que lorsqu'il est au sein ou lorsqu'il dort, quoi! J'étais complètement prise au dépourvu.

Bon. C'est normal qu'un tout petit bébé pleure beaucoup.

Pourquoi mon bébé pleure?

Juste après la naissance, le nouveau-né doit s'habituer à une toute nouvelle situation :

- Il passe d'un milieu aquatique à un milieu aérien, et ressent la pesanteur.
- Sort d'un milieu à la température constante de 37 °C, pour découvrir une température instable.
- Il découvre la respiration, ses poumons s'ouvrent et se remplissent d'air.
- Il se met à digérer, ce qui entraine souvent des gênes intestinales, ou tout simplement une sensation étrange à l'intérieur de lui.
- Il découvre aussi les sensations de manque : la faim, la soif, la séparation avec le corps de sa mère.
- Il doit apprendre à téter, se nourrir.
- Il découvre la lumière, et la vue.
- Il entend les sons de manière franche.

Ce sont des bouleversements énormes, dont on ne mesure certainement pas toute l'ampleur. (Et pourtant, on est tous passés par là...)

De façon non exhaustive (Ce serait difficile de l'être..), le nouveau-né peut pleurer pour plusieurs raisons :

- Il a faim.
- Il a sommeil.
- Il a mal au ventre. (Les coliques sont fréquentes les premiers mois.)
- Il a mal quelque part (je pense par exemple aux bébés "blessés" lors de l'accouchement.).
- Il a un reflux gastro-oesophagien (RGO).
- Il est intolérant au lactose issu des produits laitiers consommés par sa mère. (IPLV)
- Il pleure pour se décharger, se défouler, libérer son énergie : les pleurs du soir.
- Il a besoin d'être rassuré, réconforté
- Il a un désagrément (froid, trop chaud, sa couche est pleine, il a besoin de roter,  ...)
- C'est un bébé aux besoins intenses. (BABI)
- Les pleurs ne sont pas expliqués.

(1)

Chez nous, c'était  un vrai problème :

Notre girafon pleurait vraiment trop pour que cela nous paraisse "normal". C'était un bébé qui ne faisait que pleurer lorsqu'il était éveillé. Le sein ne le calmait pas en dehors des moments où il avait vraiment faim, et il était quasiment impossible de communiquer avec lui. Il passait son temps sur moi, dans mes bras, dans l'écharpe, etc... je ne pouvais absolument pas le poser. Par moment, je me demandais si je n'allais pas devenir sourde à force de l'entendre hurler dans mes oreilles... La situation devenait vraiment difficile, et nous nous sommes mis à chercher une cause et une solution au "problème".


Il a peut-être un RGO (reflux gastro-oesophagien)?

C'est souvent ce que suggèrent les parents dont le bébé souffre ou a souffert de ce trouble. Il faut dire que c'est un problème assez fréquent, car le système digestif du bébé est encore très immature.

Du coup, je me suis renseignée sur les différents symptômes du RGO. Je suis tombée sur plusieurs listes faites par des parents dont l'enfant avait un RGO. Ils avaient rassemblés tous les symptômes qu'ils avaient observés chez leur bébé. 

voici cette liste :

1.) Signes digestifs : 

- Après deux ou trois semaines de vie, l'enfant devient grognon, irritable, semble anxieux.
- Régurgitations particulièrement douloureuses et survenant très loin des repas.
- Rots douloureux (grimaces, pleurs) et surviennent à tout moment de la journée, même à distance des tétées.
- Protrusion de la langue : l'enfant tire la langue en grimaçant, avec hyper salivation.
- Intolérance absolue à la position couchée, le bébé veut toujours être en position verticale.
- Douleurs digestives.
- L'enfant n'est jamais paisible entre les tétées : communication difficile voir inexistante avec les parents.
- Les douleurs sont plus fortes en fin de journée

2.) Difficultés alimentaires :

- L'enfant tête mal, comme s'il ne savait pas téter.
- Les repas sont pris en plusieurs fois : le bébé a faim mais cesse de téter rapidement.
- Le bébé est agité durant la tétée, se cambre, se jette en arrière et pleure.
- L'enfant semble mâcher un chewing gum entre les repas
- Intolérance aux aliments acides s'ils ont été introduits : jus de fruits, etc..

3.) Difficulté de défécation :

- Pseudo constipation : nécessite de "pousser" même pour des selles molles.
- Possibilité de constipation avec des selles vraiment dures.

4.) Signes respiratoires :

- Rhinite en permanence qui fait "ronfler" le bébé.
- Rhinopharyngite à répétition dès les premières semaines de vie
- Toux quinteuse, surtout la nuit.
- Impression que le bébé s'étouffe avec ses glaires.

5.) Hyper extension de la tête :

- Le bébé lance sa tête en arrière
- Peut avoir un torticolis.

Après avoir lu cette liste, j'ai trouvé que mon bébé avait énormément des symptômes décrits. Comme un peu tous les bébés lors des premières semaines de vie, il faut dire... Cela m'a donné l'impression que certains symptômes d'autres problèmes avaient été mélangés avec les symptômes typiques du RGO.

En effet, certains des symptômes décrits ici peuvent être également des symptômes de coliques du nourrisson. Ils peuvent également être des symptômes d'un RGO léger et physiologique, ne nécessitant pas forcément un traitement. Et ils peuvent aussi être la preuve d'un mal-être du bébé, mais pas forcément en lien avec un RGO.

Il est prouvé qu'énormément de bébés sont traités abusivement pour un RGO. Dans certains cas, les parents démunis face à leur bébé qui pleure cherchent absolument une cause et un traitement pour cet état qui leur échappe. Certains médecins vont dans leur sens et traitent leur bébé pour RGO. Cela calme l'angoisse des parents, on a mis un mot sur le problème, et on va faire une action : donner un médicament. Cela aboutit à ce que l'enfant prend des médicaments qui ne lui servent à rien, et qui peuvent avoir des répercussions négatives sur lui.

Le RGO nécessite réellement d'être traité seulement lorsqu'il est si douloureux que l'enfant cesse de s'alimenter et ne prend plus de poids, voir même commence à en perdre.

Bien-sûr, j'imagine que si le bébé pleure sans instant de répit à cause de ce problème, il faudrait également envisager un traitement pour son propre confort. Mais encore faudrait-il être sûr que la cause du problème est bien un RGO..

Attention donc à ne pas traiter abusivement son bébé..


Voici les signes que mon bébé présentait :

- Pleurs sans arrêt lorsqu'il était éveillé.
- Jamais paisible entre deux tétées, sauf endormi.
- Refus de la position couchée.
- Impossibilité de communiquer avec lui, trop "pris" par les pleurs.
- Douleurs digestives permanentes.
- Il regurgitait souvent, mais sans signe de douleur apparent au moment-même.
- Il tirait souvent la langue, mais sans grimacer.
- Gaz et rots très fréquents dans la journée.
- Hyper extension de la tête.

Franchement, on aurait pu croire à un RGO, non?? Eh bien cela n'en était pas un. Pourtant, mon bébé ne se sentait pas bien, c'est certain..

Grâce aux conseils de ma pédiatre, qui avait l'air de s'y connaître sur ce coup-là, je n'ai pas cherché à traité le girafon, qui prenait malgré tout cela suffisamment de poids.


C'est un BABI (un bébé aux besoins intenses)?

Alors là aussi, je me suis un peu renseignée.. Et voici ce que j'ai trouvé :

Le BABI est (1) :

- Hypersensible à son environnement, il sursaute souvent
- Exigeant : il donne un sentiment d'urgence à ses plaintes et ne se calme que lorsqu'il obtient ce qu'il demande.
- Intense : tous ses sentiments sont exacerbés, il ne pleure pas, il hurle.
- Imprévisible.
- Hyperactif.
- Il réclame le sein et les bras en permanence.
- Inépuisable.

Dans un premier temps, mon girafon était aussi effectivement comme ça. Donc je me suis dit : Ok, c'est peut-être un bébé aux besoins intenses. Mais en même temps, il avait tout le temps mal au ventre, c'était flagrant. La faute aux coliques du nourrisson??

Je tiens à dire que même s'il s'avère qu'un bébé est effectivement un "BABI", il faut tout de même toujours chercher s'il n'y a pas une cause particulière, physiologique ou non,  à des pleurs intenses.

J'ai aimé ce passage, trouvé sur un blog dédié aux BABI :

"C’est une catégorie de bébé qui demande sans arrêt de l’attention. Si vous avez fait la démarche de vous renseigner à ce sujet, c’est que vous aviez des raisons de le faire, rien que le fait de vouloir chercher une solution signifie que vous avez à faire à un bébé aux besoins intenses.

D’autres parents sont dans le même cas que vous, quel soulagement !

Attention toutefois, ne vous reposez pas sur vos lauriers, un enfant ne pleure pas sans raison. Il ne hurle pas sans raison. Il ne s‘empêche pas de dormir sans raison. Il ne vous empêche pas de prendre votre minimum de repos vital par pur plaisir, ou parce qu’il est hypersensible ou de nature maussade. Non. Il y a une cause à son comportement et il vous crie de l’aider." (2)

Les coliques du nourrisson :

Là aussi, j'ai fait mes petites recherches..

En gros, les causes sont inconnues d'après les experts de la santé publique. Cela peut durer jusqu'à l'âge de 5 mois. Ma pédiatre me disait que d'après elle, les bébés n'avaient pas mal lors des coliques, d'après elle, ils sont simplement contrariés par une gêne et protestent. Elle me conseillait donc d'expliquer au girafon qu'il était en train de digérer ou de faire caca... 

Enfin, en voyant mon bébé se tordre de douleur en poussant des cris perçants, je voyais clairement qu'il souffrait et je n'ai pas tenu compte de sa remarque disant qu'il n'avait pas mal.

Globalement, les symptômes des douleurs digestives sont les suivants :

- Le bébé pousse des cris perçants.
- Son visage est crispé et rouge.
- Il se tord et se débat.
- Il agite ses jambes, les tend brusquement puis les replie.
- Il émet souvent des gaz ou des selles dans ces moments-là, qui peuvent sentir l'oeuf.
- Rien ne le calme.

On attribue souvent les coliques du nourrisson à une immaturité du système digestif. Une diététicienne de la maternité dans laquelle je travaillais m'avait dit que les gaz provenaient de la fermentation des éléments non digérés qui transitaient dans les intestins. D'après elle, les éléments contenus dans le lait maternel étant déjà digérés par la maman, ce qu'elle mangeait n'avait pas d'incidence sur le transit du bébé.

Est-il intolérant au lactose issu des produits laitiers de vache?

Cependant, j'ai vu que beaucoup de mamans affirmaient d'expérience que le fait d'enlever certains aliments de leur alimentation améliorait la digestion de leur bébé. Et en particulier, en supprimant le lactose contenu dans les produits laitiers de vache.

BarbeDrue m'a demandé d'arrêter les produits laitiers de vache pendant une semaine. Au départ, j'étais vraiment très réfractaire.. J'aime énormément les produits laitiers. Je pourrais en manger toute la journée. Ca m'a paru un sacrifice énorme, et j'étais persuadée que c'était complètement inutile.

Et pourtant... Une fois mes aprioris dépassé et l'expérience tentée, il s'est avéré que c'était bien ça..

Avec le girafon, c'est très très facile à démontrer.. Il suffit qu'un matin je boive deux verres de lait, ou que je mange deux fromages blancs... La suite est toujours la même : l'après-midi et la nuit suivantes sont terribles. Bébé crispé et qui n'arrête pas de crier. Nuit entrecoupée de pleurs... Rien de tel comme motivation pour stopper les produits laitiers!

Peu de temps après, j'ai aussi pris conscience de toutes les polémiques autours des produits laitiers, et je pense que c'était plutôt une bonne chose pour moi de passer par tout ça pour me réveiller à ce sujet-là. (cf : Alimentâtonnements ... )  

Bref. Voila. J'ai enfin trouvé le réel problème. Mon bébé ne supporte pas le lactose issu du lait de vache.

Voici un extrait d'un témoignage trouvé toujours sur le blog spécialement dédié aux "BABI" :

" Danièle Starenkyj a une théorie qui dit que si les mères qui allaitent ne consommaient aucun Produit Laitier issu de la Vache, leurs bébés n'auraient pas de coliques. Ça me parait gros, et pourtant, qui sait comment aurait été notre vie à ce moment-là si on avait déjà mis le doigt sur l'intolérance de notre fille?" (2)
    
Si vous vous poser la question et que votre bébé est allaité à 100 %, voila comment procéder très facilement pour savoir si c'est bien le cas :

1.) Pendant une semaine, supprimez complètement les produits laitiers de votre alimentation (vache, brebis, etc...). Soyez très stricte à ce sujet.

2.) Au bout de la semaine, faites le bilan : mieux, ou pareil?

3.) Continuez la diète encore une semaine supplémentaire.

4.) Après cette deuxième semaine passée, réintégrez brutalement et en grande quantité les produits laitiers. Par exemple, buvez d'un coup deux verres de lait. Puis, observez. Votre bébé allait beaucoup mieux et se tord de nouveau de douleur pendant toute la journée?? Il est probablement intolérant au lactose issu des produits laitiers que vous consommiez.  

Et si vous supprimiez complètement les produits laitiers de votre alimentation le temps de l'allaitement? Votre vie et celle de votre bébé pourrait bien s'en retrouver changée. C'est ce qui s'est passé pour notre girafon. :)

Pour conclure :
   
Le diagnostique de RGO est trop souvent posé, et trop de bébés sont traités abusivement. Il faut garder à l'esprit que les médicaments peuvent avoir des répercussions négatives.

On ne devrait traiter un bébé pour RGO seulement dans le cas où il cesserait de s'alimenter et de prendre du poids. Dans le cas où le bébé pleure sans pouvoir se calmer tout en prenant du poids, il faudrait certainement aussi traiter le RGO, à condition d'être sûr qu'il s'agit bien de ce trouble.

On devrait aussi peut-être commencer par une solution sans aucune répercussion négative : Supprimer les produits laitiers de l'alimentation de la maman allaitante pendant une dizaine de jours, pour voir si un changement positif se produit. Il est possible de combler les besoins en calcium avec d'autres aliments. (voir : Alimentâtonnements ...

Dans le cas de coliques du nourrissons très intenses et qui durent, on devrait vraiment faire le test de supprimer momentanément les produits laitiers de l'alimentation de la maman qui allaite. Au départ, j'étais très réfractaire et je ne croyais pas du tout à cette solution. Mais suite à mon expérience, je me rends compte que c'est vraiment quelque chose à essayer. Cela peut faire toute la différence.

Voilà, bonne suite à toutes et à tous, en espérant vous avoir donné quelques pistes susceptibles de vous aider à aider votre bébé...

PS : Merci à toutes celles et ceux qui auront lu l'article en entier, et compris le propos principal, et désolée pour certaines erreurs de formulation, que j'ai corrigées par la suite... ;)


NOTES :
  
(1) : J'ai choisi de supprimer la partie liée aux problèmes des premiers jours, car j'ai réalisé après coup qu'elle n'était pas vraiment en lien avec la problématique principale de l'article. C'est pourquoi les commentaires sembleront peut-être hors contexte à présent.
(2) : source : cote-momes.com
(3) : leblogdesbabi.blogspot.fr

Partager cet article

Repost 0
Published by unbebebienreel.over-blog.com - dans Suites de couches
commenter cet article

commentaires

Vincent & D 27/12/2015 17:30

Bonjour, félicitations pour cet article qui est très bien construit. Une vraie mine d'informations, comme un résumé qu'il semble que personne d'autre n'ait pris le temps de faire.
Je suis tombé sur cette page en cherchant les mots clés "bébé 4 mois se cambre et pleure", ce qui nous arrive depuis environ 1 semaine, accompagné de tétées que je qualifie de "calvaire" pour tout le monde depuis 3 semaines. Pas grand chose à ajouter, sinon que je vous rejoins sur toute la ligne sur les diagnostics que les uns et les autres peuvent faire ... à tort ... ou à raison ... et au final tout passe et on oublie.

Vincent & D 27/12/2015 17:30

Bonjour, félicitations pour cet article qui est très bien construit. Une vraie mine d'informations, comme un résumé qu'il semble que personne d'autre n'ait pris le temps de faire.
Je suis tombé sur cette page en cherchant les mots clés "bébé 4 mois se cambre et pleure", ce qui nous arrive depuis environ 1 semaine, accompagné de tétées que je qualifie de "calvaire" pour tout le monde depuis 3 semaines. Pas grand chose à ajouter, sinon que je vous rejoins sur toute la ligne sur les diagnostics que les uns et les autres peuvent faire ... à tort ... ou à raison ... et au final tout passe et on oublie.

unbebebienreel.over-blog.com 27/12/2015 19:36

Bonjour, merci pour le retour. J'espère que votre bébé ira bientôt mieux, c'est difficile de voir son enfant ainsi et de ne pas savoir comment l'aider, sans compter la fatigue émotionnelle que ca entraîne aussi. Et oui, ça paraît long sur le moment, mais tout finit par passer, et nous par oublier. :)

Mohamed Haddad 06/12/2015 20:46

Cc. Est-ce qu'il y a quelques solutions pour apaiser un nourrisson en enclenchant une scie circulaire à son nombril au lieu qu'on l'apaise dans ses bras ?

unbebebienreel.over-blog.com 06/12/2015 20:57

La scie circulaire risquerait de lui poser quelques problèmes digestifs. :)

anaïs 21/07/2015 12:06

merci pour toute l'explication

anaïs 21/07/2015 12:05

justement je suis en plan problème, j'essayerai de supprimer les produits laitiers et on verra

unbebebienreel.over-blog.com 22/07/2015 14:17

Bonjour, j'espère que vous trouverez rapidement la solution au problème. Je sais à quel point on se sent démuni quand on n'arrive pas à apaiser son bébé. Bonne suite et n'hésitez pas à repasser ou à chercher du soutien auprès de la lèche league si le problème perdure malgré tout..

vixcait 05/07/2015 19:39

Et alors ça veut dire qu'il pourra jamais manger de produits laitiers et que c'est pour ces premiers temps de vie qu'il ne tolère pas?
merci pour votre témoignage!!

unbebebienreel.over-blog.com 05/07/2015 19:52

Souvent, il s'agit d'une immaturité du système digestif. Mon fils a maintenant trois ans, et il supporte très bien les produits laitiers issus du lait de vache. Mais pour d'autres enfants, cela peut perdurer. De toute façon, les produits laitiers sont très difficiles à digérer d'une façon générale. :)

daute 09/12/2013 10:18

merci pour toutes ces explications, je retrouve mon 2 bebe je pense aune iplv mais peut elle etre modere car pas de vomissements mais encore des colique sa 8 mois, depuis 2 jours sur les conseile
du medecin on test le pepti junior , tt bebe grosse diarrhee explosive , peu de sommeil la journee tjs en train de gemir et crise de colique, changer plusieur fois de lait modilac oeba picoba et la
on essaye le pepti . plus elle grandit mieux cav a mais tjs entrain de chouiner, peu dinteret pour ses jeux impression de gene . bcp dd gaz.
surement un babi je me suis renseigne de la mm facon que vous je me retrouve ds ttte votre demqrche.
peut etre avez vous dautre conseil.
sur les aliments à donner pour 8 mois merci.
daute

unbebebienreel.over-blog.com 09/12/2013 14:32



Je pense que l'essentiel, c'est d'éviter au maximum les aliments à base de lait de vache, tant que le bébé n'est pas capable de les digérer.

Je n'ai pas eu besoin de faire du "tri" au niveau des laits artificiels, car j'allaite encore mon fils (il a actuellement 16 mois). Du coup, je ne suis pas de très bon conseils pour ce type
de lait.

Ce que j'ai constaté, en tout cas, c'est que l'intolérance au lactose de vache ne perdure pas forcément. Maintenant, je peux de nouveau en consommer occasionnellement sans que mon
bébé soit incommodé. Il me semble que chez lui ça s'est arrangé quand il a eu environ un an.

Bon courage, et j'espère que votre fille se sentira bientôt beaucoup mieux.  



couches pas cher 15/04/2013 09:39

J'ai lu dans un article que si un bébé pleure les yeux fermés c'est qu'il pleure vraiment par besoin d'affection ou de douleur, mais s'il pleure les yeux ouverts c'est par bouderie. Alors est ce
que c'est vrai ?

unbebebienreel.over-blog.com 15/04/2013 15:40



J'ai aussi eu connaissance de cet article qui s'appelait "décrypter les pleurs de votre bébé". C'est une étude scientifique, donc je ne suis pas à même de la contester. Cependant, chaque bébé est
unique, et il faut faire attention aux généralités. Ensuite, il me semble que l'article disait que les bébés fermait les yeux en pleurant lorsqu'ils avaient mal ou étaient effrayés, et qu'ils
pleuraient les yeux ouverts dans les autres cas. Il ne s'agit donc pas de "bouderie".

Pour ma part, les pleurs d'un bébé sont l'expression d'un besoin, leur seul moyen de s'exprimer. Ils expriment donc par là toute une panoplie d'émotions et de demande.

Je pense que la chose intéressante à retenir de cette étude, c'est que si le bébé ferme les yeux, il est probable qu'il ait mal ou peur.

Mais quoi qu'il arrive, face à un bébé pleurant, les yeux ouverts ou fermés, ma réaction reste la même : Je le prends dans mes bras, je lui parle, et j'essaye de savoir ce qu'il veut me dire. :)



Emilie Oum Kalthoum 07/02/2013 15:20

Assalam aleykom

Bon, bah Salwa a été plus rapide que moi, lol.

Désolée d'avoir mis du temps à répondre, mais j'avais besoin de réfléchir et de consulter des mamans sur ce sujet.

En fait, ce qui me gênait vraiment dans ce que tu disais, c'était d'une part que tu dises que les crevasses ou les coliques pouvaient être liées à des tétées trop fréquentes, et d'autre part ce
conseil sur la durée.
Perso, le 1er conseil que je donnerai à une maman qui allaite (en plus de foncer à LLL en cas de soucis ^^), c'est de jeter sa montre !!! Espacer si (et seulement si) la maman sent (et pas
parce qu'on lui aura conseillé) que c'est ce qu'il lui faut à elle et/ou à son bébé, pourquoi pas, mais sans indication de durée, juste au feeling.

Pour mon cas perso, ma fille ne tétait pas assez et j'ai eu des crevasses ! Elles étaient dues à une mauvaise position due elle-même aux bouts de sein en silicone qu'on m'a imposé à la
maternité.

C'est bien que vous aillez parlé du REF dans les commentaires, car j'ai eu des témoignages de mamans ayant eu un REF qui disaient qu'on leur avait conseillé d'espacer les tétées de 3h et que
c'était pire. C'est quand elles ont au contraire augmenté les tétées que ça a été mieux !

Une maman m'a aussi dit que, sur les conseils de son osthéo, elle avait donné ponctuellement à son bébé une tétine pour calmer ses remontées acides, alors qu'à la base elle était plutôt
anti-tétine. Et ça a marché, elle ne lui a donné qu'à des moments-clés : assez pour le soulager sans créer une dépendance à la tétine.
Tout ça pour dire qu'il faut éviter certains conseils, surtout ceux qui peuvent mettre en péril les allaitements.

Pour ce qui est de donner le sein tout le temps, je dirais comme Salwa : le sein est souvent la bonne réponse, surtout au début. Mais si vraiment on sent qu'il y a un truc qui cloche, ou si le
sein ne suffit pas à calmer, il faut voir où se situe le problème avant d'espacer les tétées.

Pour finir, ne le prends pas contre toi (je t'aime oukhty ^^), mais je déteste quand on dit que le bébé prend sa maman pour une tétine ! C'est le contraire !!! C'est la tétine qu'on
donne pour remplacer maman ! C'est quand même la maman et ses seins qui précèdent la tétine dans l'Histoire ! ^^

unbebebienreel.over-blog.com 07/02/2013 15:38



Wa alayki salam!

J'ai reformulé pas mal de choses dans l'article. :) Et quand je dis que le sein est une tétine, c'est vrai que c'est un anachronisme, mais ce n'est pas négatif.

En tout cas, le fait d'espacer les tétées était certe mal formulé, mais ce n'était pas le propos principal de mon article.

Et sinon, moi aussi je t'aime pour Allah, oukhty. :)



Salwa 04/02/2013 10:13

Salam Alaykom

Ma fille est une intense :) Je connais bien ce que tu décris, ces pleurs interminables, etc...

Ce que tu décris, de ton petit qui se cabrait quand le lait jaillissait, ressemble fortement à un Réflexe d'Ejection Fort (REF). En as-tu entendu parler?

Téter souvent ne rendra pas forcément la digestion plus difficile. Le lait maternel se digérant très rapidement ;)
Certains bébés s'apaisent au sein, et offrir le sein face aux pleurs, et je pense une situation instinctive.

Mais ce que tu décris, je le connais très bien. J'ai trois enfants, dont une qui très intense, et un, juste avant, qui était à la limite de l'intense.

Ça a été très éprouvant les premiers mois, voire les premières années.

J'avais également un REF, dû au coallaitement de mes deux derniers. Et cela me rendait la vie difficile, avec ma toute-petite qui se cambrait et ne pouvait plus téter, mais voulait s'apaiser au
sein.

Bref, tout ça pour dire, que tout peut-être tellement relatif.

Quoiqu'il en soit, un bébé qui pleure exprime quelque chose. Le plus souvent, la meilleure réponse, la plus adaptée et d'offrir le sein.

Si vraiment bébé ne se calme pas au sein, il faut étudier tous les cas de figure d'un soucis éventuel, ou d'une hypersensibilité quelconque ;)

A bientôt; ma soeur.

unbebebienreel.over-blog.com 04/02/2013 14:08



Wa alayki salam!

Moi aussi j'ai pensé un temps à un REF, mais il ne le faisait pas à chaque fois, seulement quand il était fatigué et qu'il voulait dormir.

Sinon, oui, il était assez intense jusqu'à ce qu'on découvre son intolérance au lactose de produits laitiers de vache que je consommais et qui passait dans mon lait (ce dont je parle justement
dans l'article.) Une fois qu'on a découvert cela, les pleurs ont largement diminués, et j'ai enfin pu vivre sans avoir un bébé collé à moi en permanence...

Avant ça, j'avais l'impression soit d'être encore enceinte à force d'avoir une bosse sur le ventre à cause du portage, soit de n'avoir plus qu'un seul bras, tellement il était devenu une sorte
d'appendice de moi-même. Je suppose que tu vois de quoi je veux parler, vu ce que tu as déja vécu avec tes enfants..

Enfin bref, comme tu dis, tout est relatif, pour nous en tout cas, le sein ne répondait pas toujours à la demande...

Barakallahou fiki pour tes suggestions. :)