Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 septembre 2014 4 11 /09 /septembre /2014 14:42

P1170899.JPG
« Quand un enfant se comporte mal, nous avons tendance à nous éloigner de lui, l’idée  de nous rapprocher pour lui faire un câlin ou de lui donner de l’attention nous choque presque, car il nous semblerait récompenser son comportement négatif !

Nous, parents, pensons souvent devoir conserver une attitude sévère et froide pour qu’il « comprenne qu’il a mal agit ». Mais l’amour n’est pas une récompense, c’est un carburant. Cela ne nous viendrait pas à l’idée avec une plante qui ne pousse pas correctement ou avec notre voiture ! Si cette dernière est en panne, nous ne la culpabilisons pas, nous remplissons son réservoir. »

Extrait de « Il me cherche », d’Isabelle Filliozat, dont je ne peux que chaleureusement vous recommander la lecture.

Partager cet article

Repost 0
Published by unbebebienreel.over-blog.com - dans Vie quotidienne et bien-être
commenter cet article

commentaires

daph 10/11/2014 14:35

tout à fait d'accord.
Les enfants qui frappent les adultes ont été élevés dans la violence, ils n'ont aucune notion du respect de l'autre car ils n'en n'ont pas reçu de leur parents.
Je suis bien placée pour le savoir car moi même j'ai été élevée avec des principes archaïques : ferme la ou tu t'en prend une.
tu t'assois et tu te tais.
c'est moi qui décide..
etc...
mes parents ne m'ont jamais écouté, ne se sont pas préoccupé de ce que je pouvais ressentir car leurs parents eux même ne leur avaient pas appris.
Personne n'est c'est mis à ma hauteur pour m'expliquer mes bêtises. Je m'en prenais une direct.

j'ai grandit en méprisant les autres et en ayant très peu d'amies, car j'étais agressive.

Un jour j'ai rencontré une famille simple, douce et aimante, sans violence.
Je n'ai rien compris de leur fonctionnement, j'étais violente en paroles et en gestes quand eux étaient calmes et attentionnés.
Petit a petit je me suis calmé, j'ai entendu toute la colère au fond de moi.
j'ai mis beaucoup e temps à comprendre que la violence engendre la violence.
et que je pouvais arrêter cela.
Aujourd'hui je suis maman, mes enfants connaissent bien les limites, car je leur parle.
Ah oui c'est sur je répète 15 fois les mêmes choses.
Mais quand je lève la main, ils n'ont pas un sursaut de recul comme j'ai vu chez d'autres enfants.
ils ont confiance en moi. je les gronde mais je n'oublei jamais de leur dire que je les aime.
Et quand la fatigue aidant, je m'emporte plus que de raison, je leur explique que je suis fatiguée et que c'est pas en criant qu'on règle ses problèmes.
Taper c'est un symptôme. comme quand on a le nez qui coule. on prend des médicaments mais le mieux c'est encore de sortir bien couvert, donc de savoir, d'apprendre les bons gestes qui nous
protègent...

oui il y a une vie sans violence.
Pourquoi n'arrivons nous pas a s'en passer ?
parce que taper reviens a faire quelque chose que les autres peuvent voir et ça les rassure, ça nous rassure aussi : "je ne me laisse pas faire"
ben si tiens, la colère nous guide.

Il faut du courage pour aller contre cela.
tout dépende de ce que l'on a envie d’offrir à son enfant.
courage a tous ceux qui se lance et tous ceux qui y pensent sans franchir le cap.
Une question :
Si les punitions fonctionnent,
pourquoi y a t-il des gens en prison ?
pourquoi brûler un feu rouge ou un stop ?
Pourquoi ne pas respecter les limitations de vitesse ?

unbebebienreel.over-blog.com 10/11/2014 16:33


Merci pour ce partage, et bravo pour tout ce que tu entreprends avec tes enfants en évitant de reproduire ce que tu as vécu. Sortir des schémas de son enfance n'est pas facile et demande beaucoup
d'énergie. Courage à toi et bonne continuation.


daph 21/10/2014 18:38

Bravo pour cette belle réponse
et merci, car elle répond bien aux arguments avancés. On ne nous a pas appris à devenir parents ou plutôt mal appris. Sans savoir exactement ce qu'il se passe en nous, en eux.

unbebebienreel.over-blog.com 21/10/2014 23:53


Effectivement, le métier de parent n'est pas facile, et sortir des schémas demande beaucoup de persévérance. Merci pour le retour, ça fait toujours chaud au cœur. :)


david 14/09/2014 02:20

Bon ben nous allons essayer, et voir si ça marche mieux. En tout cas merci des conseils et de continuer ce blog. y a des trucs intéressants. Je manquerai pas de faire mes commz. :)

david 12/09/2014 22:03

Y a des limites, on peut lui faire comprendre ses bêtises 1x, 3x , 10x avec bcp d'amour, mais après faut sévir ! faut bien lui faire comprendre qu'il y a des limites à tout, qu'il y a des règles,
que les règles sont faites pour être respectées. Sinon c'est une punition, méritée. Et c'est là un devoir très difficile pour les parents mais nécessaire. De nos jours les parents laissent tout
faire leurs enfants, ils sont rois, faut pas s'étonner qu'après ils giflent leurs profs etc. Moi je dis Amour certes mais aussi Sévérité !

unbebebienreel.over-blog.com 13/09/2014 15:06



En fait, il n'est pas question de tout laisser faire à l'enfant, bien au contraire. :) Mon mari m'a tenu le même genre de discours avant de comprendre de quoi il s'agissait vraiment. Moi-même,
j'ai eu du mal à comprendre comment fonctionner au départ, ça me paraissais très théorique et difficilement réalisable. Je pense que pour cerner la parentalité positive (ou éducation
bienveillante), il faut passer par un certain cheminement, et beaucoup de lectures sur le sujet.
Les choses interdites doivent être clairement définies et peu nombreuses, et il faut dire non et être très ferme sur l'interdit. Cela dit, la fermeté ne signifie pas élever la voix, froncer
les sourcils, ni tourner le dos à l'enfant, etc... On n'a pas besoin d'être "fâché" ou distant pour poser des limites et dire "non".
Plutôt que punition, je préfère utiliser la notion de "conséquences". L'enfant comprendra avec le temps que les actes ont des conséquences.
Les adolescents qui frappent leur profs ont en général été élevés dans les coups, les cris et la violence. Ils reproduisent un schéma de violence et manquent de vocabulaire pour s'exprimer.
On peut noter au passage que la violence que leurs parents ont utilisée pour poser des limites n'a eu aucune utilité pédagogique puisque ces jeunes la retournent contre les figures
d'autorité. Naturellement, les enfants reproduisent la façon dont se comportent leurs parents. Donc si on souhaite un certain comportement de leur part, nous devons nous
comporter ainsi.
Certains enfants paraissent insolents, en parlant très mal à leurs parents. Je me demande si ce ton que les parents détestent n'est pas le même qu'ils utilisent pour gronder leur
enfant. Pourquoi ne pas utiliser un ton calme et engageant pour dire la même chose? Et même, ne pourrait-on pas poser les limites tout en souriant, et en terminant le tout par un câlin?
En quoi cela diminuerait l'impact de l'interdit?
La grande difficulté, c'est surtout de sortir des schémas que nous connaissons depuis toujours. Nous, nous avons changé depuis peu, et nous remarquons déja les fruits. Nos enfants sont
beaucoup plus calmes et doux, et ne font pas plus de bêtises (pas moins non plus, j'admets, mais comme l'ambiance est devenue douce chez nous!!). :)