Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 juillet 2013 1 29 /07 /juillet /2013 14:47

P1100710.JPG

Début mai, nous avons semé des graines de Calendula officinalis, reçues lors d'un partage de graines kokopelli.

Elles ont magnifiquement bien poussé, c'était vraiment une joie de voir l'évolution des petites pousses jusqu'à ce qu'elles deviennent quatre grandes plantes, remplies de superbes fleurs colorées.



P1100442.JPGP1100534.JPG

P1100536.JPGP1100665.JPG


Nous avons eu plusieurs plants avec des fleurs d'un bel orange presque fluo, et un plan dont les fleurs sont d'un joli jaune tendre. Chaque plant fait énormément de fleurs. En tout, je pense, une vingtaine depuis que la floraison a commencé.

Elles ont attiré toutes les petites bêtes possibles et imaginables. Une merveille pour l'observation d'une faune minuscule. D'une part nos autres plantes ont été préservées car toutes les bestioles étaient attirées par nos beaux calendula, et d'autre part, cela nous a permis de voir des choses assez étonnantes, je dois dire. Je ne sais pas qui de nous était la plus intéressée, la petite fleur ou moi.. ?? Peu importe, nous y passons de très bons moments. Nous avons vu...

Des insectes ...

- Des pucerons multicolores... Des pucerons noirs, des verts, et des... roses! (je n'en avais jamais vu de roses auparavant...)

- Des chenilles beiges. (Plein! On les a enlevées...)

- De petites chenilles blanches à longs poils. (Juste une semaine après les beiges. Plein aussi. Enlevées aussi...) Elles ressemblaient à ça : (meganola togatulalis)

Meganola-togatulalis-chenille.jpg

- Des larves de coccinelles faisant la chasse aux pucerons. (Installées par nos soins. ;))

- Des chenilles vertes toutes petites qui venaient d'être pondues. (Plein! On les a également enlevées)

- Un insecte entre la mouche et la guêpe, qui a pondu sous nos yeux directement ses larves (des sortes de petites chenilles) sur les feuilles sans passer par le stade "oeuf". (Apparemment, il existe des insectes larvipares, je ne savais pas...) Le "notre" ressemblait à ça :  (xanthogramma dives)

xanthogramma_div.jpg



Des chenilles vertes ayant échappé à notre vigilance et qui étaient devenues énormes!! Mouaaarghhh!!! :)


Et des graines ...

Nous avons laissé les fleurs de calendula se développer, puis se faner. De façon à récolter les graines. Ma mère dit "La nature est généreuse.", quand elle parle des graines. Moi, je dis plutôt, Allah est généreux, mais c'est évidemment une question de point de vue et de croyance.



Pour illustrer ce propos :

On nous a donné un peu plus d'une dizaine de graines.

Nous en avons planté 6.

Sur les 6, 4 ont poussés, donnant de beaux plants, certains plus vigoureux que d'autres, mais tous en forme. (Donc un tiers de perte sur les semis.)

En moyenne, chaque plant a donné entre 15 et 20 fleurs. Les dernières sont devenues plus petites et de couleurs plus pâles. Mais elles ont tout de même fleuri et donné des graines.

Je n'ai pas compté, mais en gros, je dirai que chaque fleur a donné une trentaine de graines.

C'est donc largement exponentiel! :)

Pour résumer : 6 graines plantées. 4 plantes ont poussé. 15 fleurs par plantes (minimum), donc 60 fleurs au moins. 30 graines par fleur (minimum). Donc 1800 graines potentielles à récupérer!!!

P1110277.JPGP1110281.JPG


P1110286.JPG

Nous n'avons pas gardé les 1800 graines, seulement une centaine, je pense. J'espère que nous leur avons laissé la maturité nécessaire avant de procéder à la récolte.

Au départ, j'avais pensé faire plusieurs sachets pour conserver séparément les graines issues de fleurs jaunes de celles issues de fleurs oranges, mais j'y ai renoncé. En effet, les fleurs s'hybridant facilement, et on ne peut pas garantir la couleur que les graines contiennent.

Nous aurons donc plusieurs surprises l'année prochaine : La récolte s'est-elle fait au bon moment? Les graines germeront-elles? Si oui, de quelles couleurs seront les fleurs? 

Allahou alam. :) (Allah est le Savant.)



Photos :

Chenille blanche : trouvée sur le site aramamel.free.fr, photo de M. Billard
Xanthogramma dives : trouvée sur le site insecte.org, photo de "canigou"...
Autres photos : notre balcon, entre mai et juillet 2013.

Repost 0
Published by unbebebienreel.over-blog.com - dans Mon enfant grandit
commenter cet article
15 juin 2013 6 15 /06 /juin /2013 14:09

P1100546.JPG

Il y a quelques jours, nous avons mangé une soupe à base d'une délicieuse courge butternut bio.

En la préparant, j'ai vidé (comme toujours) le centre du fruit qui contient les pépins et des fibres. Ma petite fleur aime bien les récupérer. En général, je la laisse jouer un peu avec le tout pendant que je termine de faire la cuisine. Je lui donne de petits récipients et elle fait différentes manipulations, transvasements, etc...

Je l'ai vue observer une graine, et elle m'a demandé : "C'est une graine de potiron?"

Et c'est comme si je la suivais mentalement en train de faire le lien avec l'histoire "La famille souris et le potiron". Dans ce livre on observe la célèbre famille souris (1), en train de semer une graine de potiron. L'histoire montre la croissance de la plante, de l'éclosion à la récolte du fruit, en passant par la floraison, la pollinisation, etc...

famille-souris.jpg

En voyant l'air songeur de ma fille, je me suis demandé s'il serait possible de faire germer une ou deux des graines de la courge que je venais de vider, histoire de mettre en pratique ce qu'on avait lu.

Une petite graine... un petit rêve!

La courge étant bio, j'avais bon espoir que les graines soient fertiles. Vous le savez certainement, des filiales du type Monsanto et Syngenta n'hésitent pas  à jouer les apprentis sorciers et à manipuler les gènes, histoire de rendre les graines issues des fruits et légumes stériles. Cela dans le but d'augmenter leurs ventes, et d'empêcher les cultivateurs de réutiliser leurs graines. Le bio reste donc une valeur sûre à tous les niveaux, je trouve.

Pour vérifier si une graine est fertile ou non, un coton imbibé d'eau sert de catalyseur et on peut facilement évaluer au bout de quelques jours si la graine germe ou non.

C'est ce que nous avons fait...

En quelques jours, les deux graines avaient germé! C'était vraiment une grande joie de voir une petite tige verte un peu duveteuse émerger de sous le coton! C'est fou.. Pourquoi se complique-t-on tellement la vie? La vie, en vérité, c'est si simple..  

On achète énormément de choses, alors que dans la simplicité il y a tellement de facilité et de beauté... Une seule courge contient tellement de graines.. Que se passerait-il si toutes germaient? Combien de gens de la famille, de voisins et d'amis pourraient en manger?

Evidemment, il y aurait des pertes. Et malheureusement, nous n'avons pas de jardin. "Juste" un balcon en pleine ville. (C'est déja pas mal!) Les rêves de courges s'arrêteront donc à deux.

Cette année, sur le balcon, nous avons une dixaine de plants de tomates cerise qui ont repoussé tous seuls. De petites tomates mures étaient restées en surface de la terre pendant l'hiver, et les graines ont germé au printemps. - Gratuit !

Nous avons trouvé des petits pois germés dans une cosse en cuisinant. Semés. Sur les 4, maintenant nous avons deux plants qui grimpent, qui grimpent! - Gratuit ! (Bon, je sais, même si on arrive à avoir des fleurs puis des cosses de petits pois, on n'ira pas bien loin avec seulement deux plants.. ;))

Et maintenant, nous avons deux bébé plants de butternut. - Gratuit !

Un peu de simplicité...

Du coup, je me dis qu'on achète des fruits et des légumes qu'on pourrait facilement cultiver soi-même. Par exemple, les tomates cerise, c'est facile, même si on n'a qu'un balcon...

Et pour ceux qui ont un jardin... Quelle belle potentialité d'avoir de bons légumes, bios, cultivés avec amour et soin...

Les graines coûtent tellement peu...

Pour participer à une action engagée et de plus grande portée, on peut également acheter des graines chez l'association kokopelli , militant pour la fertilité des graines, la biodiversité et qui donne gratuitement des semences fertiles à des paysans dans le besoin.

Et pourquoi ne pas récupérer les graines directement dans les fruits et légumes?? C'est vraiment facile... Il suffit que la graine germe.

Au final, même si on ne pourra pas se passer d'aller acheter des fruits et des légumes, à cause d'une production personnelle tout de même très limitée, c'est toujours ça de pris!!

Un minuscule pied-de-nez!

Un petit geste de rien du tout, pour échapper de façon ponctuelle aux habitudes et aux normes déviées que nous donne la société de consommation... Et faire un minuscule pied-de-nez à Monsanto et compagnie...

Quelle joie que de pouvoir observer toute la croissance d'une plante.. Une graine qui germe, c'est tellement beau! Les petites pousses à peine sorties, bébés plantes en devenir, d'un vert si lumineux et si tendre, avec une tige encore légèrement duveteuse, quelle beauté dans la nature!! Et quelle vitalité Dieu a mis dans la croissance...

Voir un bourgeon, un bouton de fleur... Installer des larves de coccinelle pour faire la chasse aux pucerons..  Observer la fleur éclore, et le ballet des abeilles et autres pollinisateurs en train de faire leur merveilleux et délicat travail... Savoir qu'il y a des ruches pas loin dont le miel sera en minuscule partie issu de chez nous.. Apercevoir un fruit qui prend forme.. Le voir changer de couleur et le cueillir à maturité... Récupérer encore des graines, pour l'année prochaine!

L'illusion provisoire d'avoir un petit espace personnel quasiment autogéré et indépendant de la surconsommation... Un minuscule petit rêve. Une toute petite joie. Une sensation de liberté!

Macha Allahou kan, wa ma lam yacha, lam yakoun (2)


Vous aimerez peut-être : J'en ai la tête qui tourne parfois...


Notes :

(1) : La famille souris et le potiron, de Kasuo Iwamura
(2) : Ce que Dieu veut est, et ce qu'Il ne veut pas n'est pas.

Repost 0
Published by unbebebienreel.over-blog.com - dans Mon enfant grandit
commenter cet article
26 mars 2013 2 26 /03 /mars /2013 14:20

gazelle.jpg

C'est drôle... Il y a quelques jours, sur facebook, une de mes contacts affichait sur son profil :

« Je suis une maman porteuse et j'assume !!
1. En station debout je bouge doucement même sans avoir de bébé sur moi en écharpe de portage.
2. Un joli motif dans un tissu, vêtement, tapis, ... me fait baver, j'y vois une écharpe de portage potentielle.
3. Il y en a partout, au cas où : dans la voiture, la chambre, sur le canapé, sur le porte-manteau, ...
4. Je trouve toujours de bonnes raisons pour craquer sur une nouvelle écharpe !! »


Bizarrement, malgré le fait que je porte mon bébé de façon intensive, je ne me reconnais pas du tout dans ce discours. Pour commencer, j'utilise quasiment tous les jours la même écharpe. J'en ai une deuxième que j'aime moins, ce qui me permet de laver la première lorsque c'est vraiment nécessaire.

Je trouve vraiment inutile d'avoir 36'000 écharpes. La mienne est grise, je peux l'assortir avec quasiment tous mes vêtements. On est vraiment trop influencées par notre société de consommation, qui nous pousse (entre autre dans le portage) à acheter toujours plus sans avoir une réelle nécessité de le faire.

En ce qui concerne le fait de bouger doucement... Chez moi c'est plutôt le contraire. Je dois dire que j'ai tendance à toujours marcher vite, avec ou sans écharpe. La principale différence, avec ou sans écharpe, c'est dans le gabarit. On passe ou on ne passe pas, plus difficilement avec un bébé sur le ventre ou sur le dos. C'était pareil quand j'étais enceinte.
   
Il y a une dizaine de jours, j'ai fait une découverte incroyable!

Je suis devenue légère comme le vent. Je cours comme une gazelle. ... Quand je ne porte pas mon girafon. :)

Mais je ne m'en rends pas compte souvent, car il est quasiment toujours dans l'écharpe quand je sors. Il y a quelques jours, nous sommes allés faire des papiers à la mairie. En famille : la poussinette dans sa poussette, le girafon dans son écharpe, BarbeDrue et moi.

Il s'est avéré qu'il manquait un document. BarbeDrue s'est proposé pour aller vite le chercher chez nous. J'étais tentée, mais je ne savais pas exactement où lui dire de chercher. J'ai donc préféré y aller moi-même.

Pour gagner du temps, je lui ai refilé le girafon (quasiment 8 kilos maintenant!), et je suis partie. A pied, comme on était venus. (On habite près de la mairie.) Je me suis dit que pour aller plus vite, j'allais essayer de courir sur le chemin, autant que possible.

Je me suis mise à courir, j'avais l'impression de faire des bonds de géant. On aurait dit que l'apesanteur s'était réduite, un peu comme si j'avais atterri sur la lune. Je voulais courir à petite foulée pour arriver à tenir jusqu'à chez nous. Mais impossible de ralentir, j'allais vite! Je me suis dit que ce n'était pas raisonnable, que je ne tiendrais pas très longtemps à cette allure-là.

Je doublais les gens, légère, légère, toute étonnée de mes capacités inattendues... Je ne me suis pas arrêtée. En arrivant chez nous, j'étais fière!! J'avais l'impression d'être devenue une super sprinteuse, sans même m'en être aperçue!!

Bref. J'ai fait l'aller retour en courant. (Bon, j'avoue, au retour j'allais un peu moins vite, quand-même.)

Quelle sensation de légèreté et de liberté, quand on court dans la rue sans avoir 8 kilos sur le ventre!!! (Essayez un peu de courir avec votre bébé dans l'écharpe... Vous aurez plutôt l'impression d'être un hippopotame essayant de s'envoler...)

J'en ai conclu que le portage intensif, en plus de tous les avantages qu'on peut évoquer comme le lien entre le porteur et son enfant, ça muscle! ;)

Repost 0
Published by unbebebienreel.over-blog.com - dans Mon enfant grandit
commenter cet article
22 mars 2013 5 22 /03 /mars /2013 19:29

P1100106.JPG

Cet après-midi, j'emmenais ma petite fleur chez sa grand-mère. Sur le chemin, surprise!

« Regarde, mon amour, il y a des bourgeons et des fleurs sur les arbres!
- Alors, ça veut dire que c'est le printemps!?
- Oui, mon chaton mignon, c'est le printemps! :)
- Il va faire chaud, alors!
- Euh, oui, oui, mais pas tout de suite... »

Et j'ai réalisé que nous sommes le 22 mars, officiellement le printemps a effectivement commencé depuis 1 ou 2 jours (selon les sources) !!

A Genève, ma ville natale, la tradition est d'observer l'éclosion de la première feuille du marronnier de la Treille. Cette tradition est tout à fait officielle dans la ville, et c'est au "sautier de la République" (secrétaire général du Grand Conseil genevois) que revient cette tâche. La nouvelle est ensuite relayée dans les journaux locaux.

Cette année, la première feuille de notre marronnier cantonal a éclos le 21 mars. C'est donc bien le printemps partout, officiellement bien-sûr, mais dans les arbres aussi!

On attend maintenant la suite, les fleurs, les arbres tous verts, la douceur! :)


P1100109.JPG
P1100114.JPG

PHOTOS : prises en vitesse par May, sous le regard amusé des passants, le 22 mars 2013. Bonheur! :) Des bourgeons, une branche de forsythia en début de floraison, et des feuilles à peine écloses! 

Repost 0
Published by unbebebienreel.over-blog.com - dans Mon enfant grandit
commenter cet article
30 novembre 2012 5 30 /11 /novembre /2012 14:20

65006590.jpg

 

Il y a quelques jours, j'ai eu une discussion téléphonique très intéressante avec une de mes amies d'enfance. Elle est enseignante et a fait une formation Montessori. Nous avons discuté de l'apprentissage de l'écriture, la lecture et des chiffres. Elle m'a donné plusieurs pistes que je vais compiler ici. Ce sont des conseils pour favoriser l'apprentissage de l'enfant.

(Oui, ce blog me sert aussi en quelque sorte de bloc note ou d'aide-mémoire.. ;))

1.) Pour ceux qui connaissent Maria Montessori, elle parle de périodes sensibles chez l'enfant, durant lesquelles il sera plus intéressé par un certain type d'apprentissage. Elle propose donc de respecter ces périodes sensibles et de laisser l'enfant choisir l'apprentissage qui l'intéresse.

L'écriture et la lecture :

2.) Selon Montessori, la période sensible pour l'apprentissage de l'écriture et de la lecture se situe entre 3 et 6 ans. A l'école classique, cet apprentissage commence vers 6 ans, ce qui est un peu tard, beaucoup des enfants sont déja sortis de cette période sensible et ont perdu l'intérêt pour cet apprentissage.

3.) Pour l'écriture, il faut savoir qu'il y a en gros trois étapes : la conscience phonologique, l'écriture et la lecture. Pour Montessori, l'écriture passe avant la lecture. La conscience phonologique, consiste en plusieurs éléments : trouver des mots qui commencent ou finissent par le même son. Jouer à "sentir" l'air qui sort de la bouche quand on fait un son ("p" ou "s", par exemple). C'est une étape très importante, si elle est baclée, l'enfant peut avoir des difficultés par la suite. C'est le moment d'écouter des chansons, comptines avec des rimes ou des poésies.

4.) Ils sont plus sensibles au son plutôt qu'au nom des lettres. Par exemple, la lettre "P" sera expliquée phonétiquement "ppp..." plutôt qu'apelée "pé". En effet, quand on dit "papa", on n'entend pas "pé". Ca fait "pa".

5.) Les enfants sont d'abord plus réceptifs au son du début des mots. Plus tard, ils remarqueront le son qui termine le mot, et encore plus tard, au son du milieu du mot. Par exemple : Le prénom "Calimero". Dans un premier temps, l'enfant sera attentif au son "Ca". On pourra chercher d'autres mots avec le "C" faisant le son "k" au début : Cuillère, Culotte, etc.. Puis, l'enfant découvrira que la lettre "c", peut faire d'autres sons : Chaussette, Chaise, Citrouille, etc... Beaucoup plus tard, "Calimero" remarquera le son "Ro" à la fin de son prénom, etc...

6.) Il est intéressant de commencer avec le prénom de l'enfant. En lui écrivant souvent son prénom, et en cherchant des mots commençant par la même lettre.

7.) Le fait d'apprendre les mots en attaché favorise une meilleure orthographe : le mot est entier, pas de séparation entre les lettres. D'autre part, les les lettres s'écrivent toutes dans le même sens, contrairement à l'écriture en script où certaines lettres commencent de l'autre côté.

8.) Une astuce pour habituer en douceur l'enfant à l'écriture, c'est de scotcher des étiquettes sur les rangements : Par exemple : "Chaussettes" sur le tiroir à chaussettes, "Couteaux, Fourchettes, Cuillères" sur le tiroir à couvert, "Peluches" sur le coffre où elles sont rangées, etc.. Soit en écritue attachée, soit en lettres bâton. L'enfant découvre que certaines lettres se répètent.

9.) Les règles que l'enfant découvre par lui-même resteront plus profondément ancrées en lui. S'il découvre que le "C" (son "s") fait aussi le son "k" devant certaines lettres, il le retiendra mieux que si on a essayé de le lui expliquer. C'est donc important qu'il ait accès à tout et qu'il puisse découvrir seul.

10.) Jouer à compter les syllabes en tapant dans ses mains. L'apprentissage de l'enfant passe beaucoup par son corps. On peut dire : "Ca Li Mé Ro" et taper 4 fois dans les mains, ou taper 4 fois par terre. Ca fait un jeu et ça lui apprend à découper les syllabes.

Les chiffres :

11.) En ce qui concerne l'apprentissage des chiffres, il y a 3 choses différentes à intégrer :

a.) La "comptine" des chiffres : l'ordre qu'on récite
b.) Le "dessin" : apprendre à écrire et à reconnaitre les chiffres
c.) Le "sens" : 3 désigne 3 jouets : savoir compter.

12.) On peut commencer par compter souvent avec l'enfant. Par exemple : compter les marches quand on monte un escalier, compter les dessins dans un livre.

13.) Donner des exemples concrets : On va mettre la table. Tu peux amener 3 fourchettes? On va compter les verres sur la table, est-ce qu'il y en a un pour chaque personne?

Conclusion :

14.) Il faut être attentif à ce qui intéresse l'enfant à tel ou tel moment et s'adapter à ce qu'il souhaite apprendre.  


DSC04625

" L'enseignement de la lecture commence en même temps que celui de l'écriture. Quand on présente à l'enfant une lettre rugueuse en en émettant le son, il en fixe l'image avec son sens visuel, et, en même temps, avec son sens tactilo-musculaire, il associe le son à un signe. Quand il voit et qu'il reconnaît, il lit ; et quand il touche, il écrit."  (1)




Notes :

(1) : Maria Montessori, "Pédagogie scientifique - T 1". (Citation trouvée dans le livre "Balthazar et les lettres à toucher", de M-H. PLace et C. Fontaine-Riquier.)

Photo : La page de la lettre i issue du livre "Balthazar et les lettres à toucher", emprunté à la médiathèque.

Repost 0
Published by unbebebienreel.over-blog.com - dans Mon enfant grandit
commenter cet article