Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 janvier 2014 7 12 /01 /janvier /2014 12:39

950742-1180442.jpg

Je n'oublierai jamais les propos d'un de nos chouyoukh, qui nous a dit un jour qu'on ne peut espérer se rapprocher de l'amour d'Allah sans passer par l'amour de notre prophète Mohammed (Paix et bénédictions sur lui.) Il nous a expliqué que l'amour pour notre prophète (PBSL) (1) est la clé pour ouvrir la porte menant vers l'amour d'Allah.

Une de ses paroles qui m'a le plus émue, c'est lorsqu'il nous a dit que l'amour d'Allah et de Son prophète, sallallahou alayhi wa salam, ne sont pas des paroles, mais qu'il faut y goûter... Il nous a donné l'exemple du miel : si quelqu'un n'en a jamais mangé, on peut lui expliquer que c'est sucré, que le miel a une couleur dorée, qu'il a un goût de fleur... Il aura une idée de ce à quoi ressemble le goût du miel. Mais si on lui donne une cuillère de miel à goûter, plus besoin de mots, il sait ce qu'est le miel.

Dans le texte qui suit, ce ne sera, bien évidemment, que des mots... Qu'Allah nous aide dans le cheminement...


Pour développer un peu notre amour pour le prophète Mohammed, sallallahou alayhi wa salam, nous pouvons commencer par lire des récits de sa vie. En effet, peut-on aimer un inconnu? Cela dénote toute l'importance d'apprendre à connaître notre prophète Mohammed (PBSL) et de le faire connaître à nos enfants...

Et finalement, comment ne pas aimer notre messager (PBSL) une fois que l'on apprend qui il était? Au fil de différentes lectures, certains passages m'ont touchée, et je souhaite les partager avec vous. Vous les connaissez peut-être déjà,  ils sont issus de textes connus.

Incha Allah, cela nous inspirera pour parler de lui à nos enfants! :)

Description physique de notre prophète Mohammad (PBSL)  à l'âge de 25 ans (2) :

"De taille moyenne, plutôt mince, il avait la tête assez grande, les épaules larges et le reste du corps parfaitement proportionné. Sa chevelure et sa barbe étaient noires, denses et légèrement bouclées ; les cheveux retombaient à mi-chemin entre les lobes des oreilles et les épaules, et la barbe était taillée à une longueur qui s'accordait à celle des cheveux. Son front avait une noble largeur et ses grands yeux dessinaient de larges ovales protégés par des cils d'une longueur exceptionnelle et des sourcils bien dessinés, légèrement arqués mais qui ne se rejoignaient pas.

Dans la plupart des descriptions les plus anciennes, il est dit que ses yeux étaient noirs, mais un ou deux auteurs mentionnent des yeux bruns, et même brun clair. Il avait un nez aquilin et une bouche large et finement dessinée, qui restait visible malgré le port de la moustache, dont il ne laissait jamais les poils descendre sur la lèvre supérieure.

Sa peau était blanche, mais hâlée par le soleil. En plus de sa beauté naturelle, il y avait sur son visage une lumière - la même que celle qui avait émané de son père, mais plus forte encore chez le fils - et cette lumière se voyait surtout sur son large front, ainsi que dans ses yeux qui étaient d'une remarquable clarté."

A propos de son comportement :

"Ô Toi, le Prophète! Nous t'avons envoyé comme témoin, comme annonciateur de bonnes nouvelles, comme avertisseur." (3) et comme une protection pour les gens simples. Tu es Mon serviteur et Mon messager. Je t'ai nommé al Mutawakkil (Celui qui s'en remet à Dieu) : tu n'es ni grossier, ni rude, ni criard dans les marchés, tu ne réponds pas au mal par le mal, mais tu pardonnes et absous. Dieu ne le rappellera pas à Lui avant d'avoir rétabli la foi chancelante, en amenant les fidèles à professer qu'il n'y a de dieu que Dieu ; et Dieu ouvrira par lui des yeux frappés de cécité, des oreilles frappées de surdité et des coeurs endurcis.

Abdullah Ibn Salam et Ka'b al Ahbar rapportent une Tradition similaire. Il est dit dans la version transmise par Ibn Ishaq :

"Il n'est ni criard dans les marchés, ni disposé à la turpitude, ni teneur de propos obscènes. Je le voue à tout ce qui est beau. Je lui accorde tous les beaux caractères. J'institue chez lui la sérénité comme habit, le bien comme signe distinctif, la crainte révérencielle comme conscience, la sagesse comme entendement, la véracité et la fidélité comme seconde nature, le pardon et le bien comme caractère, la justice comme comportement, la vérité comme Loi, la rectitude comme guide et l'Islam comme religion. Je loue son nom. Je guide par lui après l'égarement. J'initie par lui après l'ignorance. J'élève par lui après l'abaissement. Je nomme par lui après la dénégation. Je perpétue par lui après la pénurie. J'enrichis par lui après l'indigence. Je rassemble par lui après la division. Je rapproche par lui des coeurs opposés et des communautés divisées, et Je fais de sa nation la meilleure nation donnée aux hommes."

...

Il exécutait dans sa maison les tâches des serviteurs et se montrait digne en public au point que rien n'apparaissait de ses membres et que ceux qui le fréquentaient paraissaient graves. Il parlait à ceux qui le fréquentaient le langage qu'abordait le premier d'entre eux, s'étonnait de ce qui les étonnait et souriait devant ce qui les faisait sourire. Son attitude affable et son équité embrassaient tous les hommes et il ne s'emportait pas devant la colère. (4)   
  

" Le prophète (PBSL) enseignait à ses compagnons, travaillait avec eux, vivait au milieu d'eux, leur demandait conseil, les écoutait, s'asseyait où il trouvait une place vacante, à tel point que celui qui venait le chercher ne le reconnaissait pas et demandait : "lequel de vous est Muhammad?"" (5)
  

" A la même époque, d'autres révélations vinrent souligner la différence importante qui existait entre le Prophète et ses disciples. (...) "Ô vous qui croyez, ne pénétrez pas dans les maisons du Prophète pour y prendre un repas sans attendre qu'il ait été préparé, à moins que la permission ne vous ait été donnée. Mais lorsque vous aurez été invités, entrez, et quand vous aurez été nourris, dispersez-vous sans vous attarder à des conversations familières. Cela serait gênant pour le Prophète et il aurait honte de vous le dire ; mais Dieu n'a pas honte de la vérité" (6).

De tels préceptes étaient nécessaires en raison même du grand amour que ses disciples lui portaient et de leur désir de se trouver en sa présence aussi longtemps et aussi souvent que possible. Ceux qui étaient près de lui avaient toujours de la peine à s'en séparer. Et comment aurait-on pu les blâmer de vouloir rester auprès de celui qui, lorsqu'il s'adressait à quelqu'un, lui accordait une attention et une présence si complètes que l'homme pouvait fort bien s'imaginer pouvoir prendre des libertés qui auraient été refusées à d'autres ; lorsque le Prophète tenait la main d'un interlocuteur, ce n'était jamais lui qui retirait la sienne en premier.

Tout en protégeant le Prophète, la Révélation introduisit à ce moment-là un nouvel élément liturgique grâce auquel les fidèles purent exprimer au Prophète leur amour et bénéficier de son rayonnement spirituel sans lui imposer indûment leur présence : "En vérité Dieu et Ses anges prient pour le Prophète. Ô vous qui croyez, appelez sur lui des prières et des salutations de paix." (7) Peu de temps après la révélation de ce verset, le Prophète dit à un de ses Compagnons : "Un Ange est venu vers moi et m'a dit : "Personne n'invoque sur toi des bénédictions une seule fois sans que Dieu invoque sur lui des bénédictions par dix fois". (8) " (9)

A propos de son équité :

En ce qui concerne l'opinion sur les questions du règlement des affaires et des différends des hommes, de la connaissance de celui qui est fondé et de celui qui est fautif et de la distinction du bon du mauvais, (...) la parole du prophète (PBSL) : "Je ne suis qu'un être humain. Vous portez vos différends devant moi. Il arrive que l'un de vous soit plus convainquant dans ses preuves et ses arguments que son adversaire. Ainsi, je décide en sa faveur selon ce qui m'arrive d'entendre. Mais, celui en faveur de qui je décide en lui accordant une quelconque partie du droit de son frère ne doit rien lui prendre, car je ne coupe pour lui qu'une tranche du Feu." Ce hadith nous a été transmis par le faqih Abu al Walid - que Dieu le prenne en miséricorde - d'après une longue chaine de transmetteurs qui remonte jusqu'à Zaynab Bint Umm Salama.

Il est dit dans la version que rapporte al-Zuhri d'après Urwa : "Il arrive que l'un de vous soit plus éloquent que son adversaire. Aussi je pense qu'il est véridique et je décide en sa faveur." (4)

Les textes sont nombreux et accessibles. Cet assemblage de paroles n'est qu'une petite goutte dans un océan immense.

Ya Habibi, ya Mohammed...  Salallahou alayhi wa salam. (10)





Notes :

(1) : Paix et bénédictions sur lui.
(2) : Description issue du livre : "Le prophète Muhammad, sa vie d'après les sources les plus anciennes", de M. Lings, traduit par J-L. Michon.
(3) : Coran, sourate XXXIII, verset 45 
(4) : Extraits de "Ach-chifa, sur la reconnaissance des droits de l'élu Mohamed", de Al-qadi Iyad.
(5) : Extrait de "Connaître l'Islam", de Ali Tantawi. 
(6) : Coran, sourate XXXIII,  verset 53
(7) : Coran, sourate XXXIII, verset 56
(8) : Hadith rapporté par Abd Allah ibn Abd ar Rahman ad Darimi,  XX, 58
(9) : Extrait de l'ouvrage cité ci-dessus, de M. Lings.
(10) : Dans le sens : "Ô Mohammed, mon bien aimé... Paix et bénédictions sur lui." 

Repost 0
Published by unbebebienreel.over-blog.com - dans Eveil à la foi
commenter cet article
10 décembre 2013 2 10 /12 /décembre /2013 14:21

Arc-en-ciel-2560x1600

Fa inna ma'al 'ousri yousran,

Inna ma'al 'ousri yousran. (1)

Certes l'aisance accompagne l'adversité,
Oui l'aisance accompagne bien l'adversité!
  

Il était une fois un vieux paysan qui avait pour toute richesse un beau cheval blanc. Ses voisins l’encouragèrent à vendre l’animal pour assurer ses vieux jours. Mais le vieux paysan, sans doute trop attaché à son cheval, négligea ces conseils. Un jour, le cheval blanc disparut.

“Malheur, malheur!,” dirent tous les voisins, “tu as perdu l’occasion d’assurer tes vieux jours.”
Le vieux paysan répondit : “Malédiction, bénédiction, on ne sait pas.”

Effectivement, quelques temps plus tard, le cheval blanc revint avec tout un troupeau de chevaux blancs magnifiques.

“Bénédiction, bénédiction!” dirent les voisins.
Le vieux paysan répondit: “Bénédiction, malédiction, on ne sait pas.”

Quelque jours plus tard, le fils du vieux paysan, en s’occupant des chevaux, fit une chute qui le laissa estropié.

“Malheur, malheur!” dirent les voisins. 
Le vieux paysan répondit : “Malédiction, bénédiction, on ne sait pas.”

De fait, il se trouva que l’empereur déclara la guerre et tout les jeunes gens furent mobilisés, à l’exception du fils de notre vieux héros.

De nouveau les voisins s’écrièrent: “Bénédiction, bénédiction, quelle chance de garder ton fils avec toi!”
Et de nouveau le vieux Chinois de dire: “Bénédiction, malédiction on ne sait pas.” (2)
   
J'ai entendu cette histoire il y a assez longtemps, de la bouche du premier chaykh chez qui j'ai appris. Il s'en était servi pour illustrer l'état d'esprit que le musulman devrait adopter face aux évènements en général, et aux difficultés en particulier.

En effet, il arrive souvent qu'à postériori, on se rende compte que les épreuves nous ont finalement apporté beaucoup, même si sur le moment la difficulté était grande. S'il ne s'agit pas forcément de matériel, cela peut-être une progression intérieure, comme l'acquisition progressive de la sagesse, une certaine compréhension du monde, un élan spirituel...


J'aime particulièrement ce conte, et je trouve qu'il s'adapte vraiment bien pour expliquer ce concept aux enfants.

Et puis, on peut voir cela encore plus loin. On a souvent tendance à râler et à se plaindre pour de petites choses. Quand on élève des enfants, et que les choses ne se passent pas exactement comme nous l'aurions souhaité... Quand les "bêtises" se répètent...

En y réfléchissant bien, le fait de râler, c'est une petite part de nous qui inconsciemment refuse ce qui se passe. "Non, ce n'est pas bien, ce n'est pas comme ça que cela devrait se passer." Mais en vérité, ce qui se passe, c'est notre destin. Nous n'avons pas d'action possible sur le passé. Pourquoi pester contre ce qui vient d'arriver? Nous ne pouvons plus le changer.

Toutes les actions que nous entreprenons sont possibles sans râler. Accepter son destin ne veut pas dire ne rien entreprendre pour le futur. On peut anticiper et agir, c'est même plutôt souhaitable. Mais "refuser" ce qui vient de se passer n'a aucune utilité.

Qu'Allah nous aide à accepter pleinement notre destin. Amin


Notes :

(1) : Sourate 94, As Shahr (L'ouverture), versets 5 et 6.
(2) : Conte d'origine taoiste

Repost 0
Published by unbebebienreel.over-blog.com - dans Eveil à la foi
commenter cet article
4 mars 2013 1 04 /03 /mars /2013 14:09

BBBR.jpg

Il y a quelques jours, par une journée où il faisait 1°C avec de la bise (sensation glaciale..), il s'est mis à neiger. Par la fenêtre, les flocons ressemblaient à de petites plumes. Ils étaient légers et le vent les faisait voltiger dans tous les sens.

Nous étions au salon, bien au chaud, quand ma poussinette les a vus. Elle a insisté pour que nous allions sur le balcon voir la neige. Je n'étais pas très motivée, mais comme nous n'étions pas sorties de la journée, j'ai accepté. Nous nous sommes emmitouflées et nous sommes sorties. (Le girafon faisait la sieste.)

Je lui ai proposé d'ouvrir la bouche pour essayer d'attraper les flocons au vol. Trop difficile. Elle a tendu les mains pour en attraper, sans y parvenir non plus.

J'ai essayé d'en attraper pour elle, mais ils fondaient avant que je puisse les lui donner. J'en ai reçu plusieurs sur les mains, et j'ai eu la surprise de voir fondre de toutes petites étoiles. Les fameux flocons de neige comme on voit sur les décorations hivernales! Je n'en avais jamais vu pour de vrai, jusque là je pensais qu'il fallait un microscope pour les observer.

Impossible de les montrer à la poussinette, ils fondaient trop vite sur mes mains. Mais la rambarde du balcon en était pleine aussi. J'ai donc pu montrer les étoiles de neige à ma petite fleur. Comme le métal était froid, les flocons ne fondaient pas dessus. Ils s'éclataient en attérrissant et on voyait plein de petits cristaux de neige éparpillés. Magnifiques!! J'aurais pu passer des heures à les observer si ma poussinette en avait eu la patience.

Quelle perfection dans la nature!!! Que de choses étonnantes et si belles à observer, juste sous nos yeux! Et tout cela ne serait qu'un hasard??

Une jolie occasion  pour parler de la Puissance de Dieu avec la petite fleur. :)

En fait, quand on est croyant, le temps qu'il fait est tous les jours une occasion de parler de la Puissance et de la Sagesse de Dieu avec les enfants. Cela fait partie des éléments facilement observables sur lesquels aucune action n'est possible, et qui démontrent clairement Son Existence.

Je suis étonnée de la façon dont tant de gens critiquent, voir même insultent le temps qu'il fait. On entend tellement souvent dire : "Il fait un temps de chien." "Il fait moche." "Quel sale temps." etc... Il m'arrive même à moi de dire parfois : "Il fait mauvais temps", sans le vouloir, et de me reprendre par la suite. (Sur ce sujet, vous pouvez trouver ici un article intéressant issu du site Sunnisme.com.)

J'essaye d'enseigner à la petite fleur à se satisfaire du temps qu'il fait. Quand il pleut ou qu'il fait gris, je lui explique que c'est Dieu qui l'a décidé et que si nous ne sommes pas satisfait d'un temps pluvieux, il est toutefois nécessaire aux plantes et au bon fonctionnement de la vie sur terre.

Parfois, elle répète ce qu'elle entend : "Il fait moche." Je la reprends gentiment en lui disant que non, on ne dit pas ça. On dit simplement qu'il pleut, ou qu'il fait froid.

Même s'il est vrai que le temps influe sur notre moral et notre énergie vitale, la pluie, le froid et la grisaille ne sont pas pour autant de mauvaises choses. Quand c'est dur à vivre, on peut se dire qu'il s'agit simplement d'un moment un peu difficile mais provisoire, car après la pluie, le beau temps. :)

Quand on compare avec des pays touchés par une sècheresse suivie d'une famine, on se rend compte qu'on est plutôt chanceux d'avoir un temps variable.

La perception du temps est donc toute relative. La pluie ou le beau temps sont autant d’éléments qui permettent aux parents d'expliquer aux enfants leurs bienfaits et l'importance de leur alternance.

J'ai vécu la découverte des flocons comme un cadeau, un petit bonheur nous permettant de nous évader de notre quotidien. Une invitation à la méditation.  


BBBR2.jpg

PHOTOS : Prises sur le balcon fin février 2013.
Photo 1 : prise par May avec l'appareil pro de BarbeDrue et retravaillée par lui, d'où l'effet un peu féérique. (Merci!)
Photo 2 : prise par May. Légèrement retravaillée par BarbeDrue pour la potentialiser, en gardant le rendu naturel. (Merci!)

Repost 0
Published by unbebebienreel.over-blog.com - dans Eveil à la foi
commenter cet article
24 février 2013 7 24 /02 /février /2013 15:45

mon-prophete-mouhammad.jpg

Afin d'avoir un support pour parler à mes enfants de l'Islam et de son Prophète (PBSL) (1), j'ai récemment acheté ce livre publié par "Learning Roots".

La couverture est très belle et laisse espérer un contenu prometteur. A la fin de l'ouvrage, les concepteurs nous expliquent d'ailleurs que leur but est entre autre de développer l'amour des enfants pour le Prophète Mohammed (PBSL).

Il est important d'expliquer aux plus jeunes la vie et le message du Prophète Mohammed (PBSL) afin qu'ils comprennent qui était vraiment cet homme qui a porté le Message de Dieu. Malheureusement, le contenu de l'ouvrage ne correspond pas vraiment à ce qu'on pouvait en attendre. Je vais expliquer ici point par point mon ressenti (sans négliger les choses que j'ai appréciées).

1.) Qualité du support :

Le support est de qualité, c'est un point positif.

La couverture en particulier est magnifique : Molletonnée, avec des effets de texture aussi bien visuels que tactiles (matte à certains endroits, lisse et douce sur la Ka'ba, effet pailleté un peu rugueux vers le bas, etc..). Ma fille a vraiment aimé la couverture, elle voulait sans arrêt la toucher, surtout l'effet pailleté.

Les pages sont grandes et cartonnées, et les dessins fonctionnent par double page, ce qui accentue l'effet de grandeur.

2.) Le texte est très ardu pour les petits.

Bien que les pages cartonnées laissent penser qu'il s'agit d'un livre pour les petits, le texte est difficile à suivre pour un enfant. Si on le lit tel quel, il décroche rapidement. Du coup, je préfère dire les choses à ma façon, en montrant les dessins.

3.) L'enfance du prophète (PBSL) n'est pas du tout abordée.

Dommage pour un livre qui s'adresse aux enfants. Surtout qu'on connait pas mal d'éléments concernant l'enfance de notre prophète (PBSL). Je pense notamment qu'il aurait été intéressant de raconter sa naissance, le fait qu'il ait été orphelin de père, puis le décès de sa mère. Le fait qu'il ait été élevé par son grand-père puis par son oncle, l'ouverture de sa poitrine, la rencontre avec le moine Bahira, etc...

Le livre commence après la révélation, c'est-à-dire alors que le prophète avait passé 40 ans.

4.) Le livre n'aborde quasiment pas les qualités du prophète.

A un moment donné, il est mentionné que le prophète (PBSL) est tellement honnête que même ses opposants savent qu'il ne ment pas. On évoque également son courage et le fait qu'il pardonne à sa tribu. Mais ce sont les seules choses dites à propos du comportement du prophète (PBSL) et de ses nobles qualités.

Pas une mention du fait qu'il ait refusé  la richesse et la notoriété qu'on lui offrait s'il abandonnait son message et qu'il se soit détourné d'une vie facile pour aller vers la vérité. Pas de mention non plus de sa patience, de sa loyauté, de son comportement respectueux envers tous les hommes, pauvres ou non, et envers les animaux. On ne parle pas non plus de sa générosité, du fait qu'il donne aux pauvres quasiment tous ses biens. Pas d'explication sur le fait qu'il encourageait les musulmans à avoir eux-mêmes un comportement exemplaire. Il serait certes difficile d'énumérer toutes ses qualités, mais passer outre comme c'est le cas dans ce livre me paraît une erreur de taille.

Très dommage, car ce sont des valeurs islamiques essentielles, qu'il faudrait faire parvenir aux enfants. Le prophète Mohammed (PBSL) étant un exemple à suivre, il aurait été bienvenu de mettre ces qualités-là en valeur. De plus, selon moi, c'est surtout le bon comportement d'une personne qui donne envie de l'aimer et de la suivre. C'est donc d'autant plus important d'en parler aux enfants.

5.) Le livre ne mentionne que peu de miracles.

Pourtant, c'est très parlant pour un enfant, un miracle. Et certains sont très "photogéniques", je pense par exemple au miracle de la lune qui s'est fendue en 2 parties. Le miracle du voyage nocturne. Celui de l'arbre qui pleurait lorsque le messager (PBSL) a reçu son premier minbar et a cessé de s'appuyer sur lui lors des discours du vendredi, etc... Les rencontres avec l'ange Djibril (2) ne sont pas non plus relatées.

6.) Le livre parle essentiellement de batailles.

En fait, le sujet principal du livre est le conflit entre les habitants de la Mecque, qui adoraient à ce moment-là des idoles, et les premiers musulmans. Il est vrai qu'une bonne partie de la vie du prophète (PBSL) après la révélation a été marquée par les persécutions venant des mecquois, mais il y a tant d'autres choses à dire également!

Sur les 10 doubles pages de ce livre, 4 montrent des champs de batailles : Une double page pour la bataille de Badr. Une autre pour celle du Mont Ohod. Deux doubles pages pour l'assaut de Médine. Ca fait quasiment la moitié du livre!!

A mon sens, une seule double page aurait largement suffi pour évoquer les différentes batailles.

Les autres pages expliquent le conflit, comment il a commencé, comment il s'est envenimé, etc... C'est dommage, car au final, on garde l'impression que la vie entière et le message entier tournaient autours d'un conflit et de batailles.

Cela n'est qu'une partie de la vie de notre prophète (PBSL), qui a été une grande épreuve pour lui, et qui est certes, véridique. Mais je ne pense pas qu'il était judicieux de résumer la vie de notre prophète à ce problème de diffusion de son message et de persécutions. Et je ne trouve pas qu'un livre parlant essentiellement de batailles renforce l'amour dans les coeurs de nos enfants.
   
7.) Les dessins :

Au premier abord, ils sont assez réussis. J'aime particulièrement les illustrations représentant la Mecque à cette époque-là. 

Mais assez vite, on remarque que ce n'est pas très travaillé. Par exemple, lorsqu'une image représente beaucoup de chevaux, on retrouve plusieurs fois le même modèle placé à différents endroits, et ça se voit sans chercher particulièrement les détails.

Aucun personnage humain n'est représenté. Il est normal d'éviter toute représentation du prophète (PBSL), mais pourquoi pas d'autres personnages sans forcément préciser de qui il s'agit? Des représentations des Compagnons de dos ou sans visages auraient été possibles. Il y a bien des chevaux (sans "visage") dans le livre... 

8.) Pas de profondeur dans le message.

Le livre nous apprend que le prophète est monothéiste, il appelle à adorer Allah uniquement. Mais pas de notion de spiritualité. On parle de bataille et de conflit. Pas des raisons profondes qui ont poussé les compagnons à suivre le prophète (PBSL) Pas de mention, par exemple, du fait que beaucoup se sont convertis suite à leur admiration pour le comportement exemplaire du prophète (PBSL), ce qui les a poussé à écouter et comprendre le Message qu'il transmettait. Pas non plus de notion de bon comportement à adopter universellement.

Quel est l'enseignement que les enfants sont censés retirer de ce livre? Que le fait d'être musulman est difficile et qu'il faut se battre face au monde entier pour exister et faire passer un message? Que c'est le plus fort qui gagne? 

Il est probable que ce ne soit pas le message que souhaitent faire passer ceux qui l'ont conçu, mais c'est malheureusement, à mon avis ce qui en ressort d'un point de vue strictement pédagogique.

9.) Aucun compagnon n'est nommé.

Pourtant, le livre parle du départ pour Médine. Abou Bakr était présent avec le prophète (PBSL) mais il n'est pas cité. J'ai regretté également qu'il n'y ait pas mention de certaines histoires rapportées par les compagnons, illustrant le caractère de notre prophète (PBSL), notamment lorsqu'ils étaient rassemblés pour apprendre la religion.  

10.) J'ai aimé :

Oui, j'ai tout de même aimé des choses dans ce livre, malgré la grosse déception !

Notamment, la première double page, montrant la ville de la Mecque dans le désert. Un bon commencement, prometteur. On peut montrer la Ka'ba à son enfant, lui parler de l'enfance du prophète, etc...

J'ai aussi aimé la double page évoquant le départ pour Médine. On y voit d'un côté la ville de la Mecque, avec la Ka'ba au milieu, de l'autre côté la ville de Médine, et un chemin entre les deux, dans le désert. Sur le début du chemin, on voit la caverne dans laquelle se sont réfugié le prophète (PBSL) et Abou Bakr, avec la toile d'araignée et le pigeon. On peut donc se servir de cette double page pour raconter l'Hégire aux enfants, le dessin est joli.

Conclusion :

Ce livre est une grande déception pour moi, alors que je me réjouissais de pouvoir le lire à mes enfants. Il ne répond finalement pas (ou tellement peu) aux attentes que j'en avais. Vouloir développer l'amour des enfants pour le prophète (PBSL) me parait une très bonne intention. Mais je ne pense pas que des récits de batailles soient les éléments prioritaires à évoquer dans ce but. J'ai l'impression que ce livre a manqué son objectif de départ en évoquant une histoire partielle, même si les évènements cités sont fidèles à la réalité.  


NOTES :

(1) : PBSL signifie : paix et bénédictions sur lui. Il s'agit d'une marque de respect pour notre prophète (PBSL).
(2) : L'ange Djibril : L'ange Gabriel.

Repost 0
Published by unbebebienreel.over-blog.com - dans Eveil à la foi
commenter cet article