Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 août 2011 6 06 /08 /août /2011 13:06

 62759432.jpg

 

 

"Grandir", de Claude Halmos

 

Claude Halmos est une psychanalyste très médiatique, dont nous avions beaucoup aimé certaines interventions. 

Ce livre explique le développement psychologique de l'enfant depuis sa naissance. L'auteure se réfère essentiellement à Freud et à Françoise Dolto. Personnellement, je n'aime pas beaucoup les thèses de Freud. Il rapporte tout à la sexualité, et je trouve que cela suffit à décrédibiliser son propos. Il a des théories intéressantes, mais dont la base ne me parle pas. Je ne reviendrai donc pas sur la sexualité infantile et le fameux complexe d'Oedipe, qui occupent une bonne place dans cet ouvrage.

 Parmi les points positifs qui ont retenu mon attention :

Au sujet de l'apprentissage moteur de l'enfant :

Le savoir "boussole" :

Pour que l'enfant ne se dévalorise pas dans son apprentissage moteur, il doit connaître ce savoir boussole :

"Il existe pour chaque acte, une "bonne façon" de l'accomplir. Personne ne la connait à la naissance. Tout le monde l'apprend. Et cet apprentissage est difficile pour tout le monde, parce qu'il faut, avant d'atteindre la réussite, accepter d'échouer souvent." (1)

Autonomie moteur > intelligence > sécurité

L'enfant qui peut faire les choses seul pourra réfléchir seul et doit avoir des notions de sécurité.

Le rôle des parents : Laisser l'enfant le plus possible faire son apprentissage seul tout en s'intéressant de très très près à ses progrès. Le consoler lors de l'échec tout en lui expliquant que c'est normal d'échouer parfois et que c'est comme ça qu'on apprend : relativiser et rassurer. Donner une explication non culpabilisante lors de l'échec et le féliciter pour ses progrès.

"Mamaïser" l'espace

Mettre des mots sur ce qui pourrait angoisser avant que l'enfant s'aventure seul dans la nouveauté. Ne pas le laisser seul et désarmé face aux découvertes. Faire de l'espace à découvrir un monde rassurant. Nommer les objets, les animaux, le corps, les manifestations naturelles, etc.

Un exemple concret : Lors d'un orage, aller sur le balcon avec son bébé dans les bras. Lui faire un câlin, lui montrer la pluie, les éclairs, compter doucement en attendant le tonnerre, lui nommer chaque chose en lui expliquant que l'on est en sécurité à la maison et que tout va bien. L'enfant ne devrait par la suite pas avoir peur de l'orage.

Au sujet de la propreté :

L'enfant doit devenir propre parce qu'il le désire.

Le forcer à le devenir, c'est le traiter comme un animal domestique, soumis au "NON" > ordre.

Le sentiment de dignité humaine est présent très tôt. Valoriser le fait d'être propre lui donnera envie de l'être. Attention au sentiment de honte lors des échecs (ex : pipi au lit).

Rôle des parents : Soutenir l'enfant dans son désir de propreté et lui enseigner comment faire. Ne pas utiliser de paroles dévalorisantes lors des échecs. Préserver son intimité : pas en public.

Au sujet de l'interdit  :

L'enfant doit savoir qu'il existe des règles qui s'appliquent à tous : interdiction de voler, de frapper, etc.. Et cela pour l'intérêt et la sécurité de tous.

  1. Explication des lois
  2. Prévention : "Attention, nous allons faire ceci, et tu n'auras pas le droit de faire cela, car : ... Et si tu le fais, tu seras puni."
  3. Sanction


Si l'enfant fait pour la première fois une bêtise, il ne connait pas la "règle", il faut la lui expliquer.

Lorsque l'enfant récidive en connaissant la règle, on la lui réexplique et on sanctionne. Il faut que les mots soient validés par les actes, sinon l'interdit reste du "blabla". Donc transgression = sanction.

Même si la transgression est une petite chose, au niveau de l'enfant, c'est une grande chose.

La sanction doit être modulée en fonction de l'âge et de la faute. Elle ne doit pas être humiliante.

Dès que possible, dialoguer : que cherchais-tu en faisant ça? Mon attention? Ton propre plaisir? Une sanction?

Tu seras puni, mais je veux comprendre pourquoi tu as fait ça.

On explique à l'enfant que c'est son acte qui est sanctionné, mais pas sa personne.

L'auteure se dit clairement opposée à la fessée et aux sanctions humiliantes, mais ne donne pas d'exemple du genre de sanction qui lui parait acceptable.

Je fais une petite parenthèse : Suite à d'autres lectures, j'ai vu qu'il vaut mieux tourner cela en terme de "conséquence", plutôt qu'en terme de "punition". La nuance est un peu compliquée dans mon esprit embrumé, je ne sais pas encore comment appliquer ce concept-là. Je trouve qu'à notre époque, les enfants sont capricieux et font un peu tout et n'importe quoi, et je pense qu'à ce niveau-là, la notion de limite est importante, et il faut bien trouver un moyen de faire respecter ces limites.

Etant donné que ma fille n'est pas encore à l'âge des caprices, j'ai encore un peu de mal à m'y projeter. Voila, fin de la parenthèse.

Pour terminer avec le livre "Grandir", j'ai bien aimé cette lecture, je l'ai trouvée intéressante et utile, même si je ne suis pas forcément d'accord avec toutes les thèses énoncées.


NOTE :

(1) Extrait du livre.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by unbebebienreel.over-blog.com - dans Ma petite bibliothèque
commenter cet article

commentaires