Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 décembre 2013 2 10 /12 /décembre /2013 14:21

Arc-en-ciel-2560x1600

Fa inna ma'al 'ousri yousran,

Inna ma'al 'ousri yousran. (1)

Certes l'aisance accompagne l'adversité,
Oui l'aisance accompagne bien l'adversité!
  

Il était une fois un vieux paysan qui avait pour toute richesse un beau cheval blanc. Ses voisins l’encouragèrent à vendre l’animal pour assurer ses vieux jours. Mais le vieux paysan, sans doute trop attaché à son cheval, négligea ces conseils. Un jour, le cheval blanc disparut.

“Malheur, malheur!,” dirent tous les voisins, “tu as perdu l’occasion d’assurer tes vieux jours.”
Le vieux paysan répondit : “Malédiction, bénédiction, on ne sait pas.”

Effectivement, quelques temps plus tard, le cheval blanc revint avec tout un troupeau de chevaux blancs magnifiques.

“Bénédiction, bénédiction!” dirent les voisins.
Le vieux paysan répondit: “Bénédiction, malédiction, on ne sait pas.”

Quelque jours plus tard, le fils du vieux paysan, en s’occupant des chevaux, fit une chute qui le laissa estropié.

“Malheur, malheur!” dirent les voisins. 
Le vieux paysan répondit : “Malédiction, bénédiction, on ne sait pas.”

De fait, il se trouva que l’empereur déclara la guerre et tout les jeunes gens furent mobilisés, à l’exception du fils de notre vieux héros.

De nouveau les voisins s’écrièrent: “Bénédiction, bénédiction, quelle chance de garder ton fils avec toi!”
Et de nouveau le vieux Chinois de dire: “Bénédiction, malédiction on ne sait pas.” (2)
   
J'ai entendu cette histoire il y a assez longtemps, de la bouche du premier chaykh chez qui j'ai appris. Il s'en était servi pour illustrer l'état d'esprit que le musulman devrait adopter face aux évènements en général, et aux difficultés en particulier.

En effet, il arrive souvent qu'à postériori, on se rende compte que les épreuves nous ont finalement apporté beaucoup, même si sur le moment la difficulté était grande. S'il ne s'agit pas forcément de matériel, cela peut-être une progression intérieure, comme l'acquisition progressive de la sagesse, une certaine compréhension du monde, un élan spirituel...


J'aime particulièrement ce conte, et je trouve qu'il s'adapte vraiment bien pour expliquer ce concept aux enfants.

Et puis, on peut voir cela encore plus loin. On a souvent tendance à râler et à se plaindre pour de petites choses. Quand on élève des enfants, et que les choses ne se passent pas exactement comme nous l'aurions souhaité... Quand les "bêtises" se répètent...

En y réfléchissant bien, le fait de râler, c'est une petite part de nous qui inconsciemment refuse ce qui se passe. "Non, ce n'est pas bien, ce n'est pas comme ça que cela devrait se passer." Mais en vérité, ce qui se passe, c'est notre destin. Nous n'avons pas d'action possible sur le passé. Pourquoi pester contre ce qui vient d'arriver? Nous ne pouvons plus le changer.

Toutes les actions que nous entreprenons sont possibles sans râler. Accepter son destin ne veut pas dire ne rien entreprendre pour le futur. On peut anticiper et agir, c'est même plutôt souhaitable. Mais "refuser" ce qui vient de se passer n'a aucune utilité.

Qu'Allah nous aide à accepter pleinement notre destin. Amin


Notes :

(1) : Sourate 94, As Shahr (L'ouverture), versets 5 et 6.
(2) : Conte d'origine taoiste

Partager cet article

Repost 0
Published by unbebebienreel.over-blog.com - dans Eveil à la foi
commenter cet article

commentaires

Dorbani Farah 14/12/2013 21:36

Merci pour ce merveilleux rappel...
Je garde toujours en tête une citation japonaise qui dit : 7 fois au sol 8 fois debout..
On se relève toujours... après chaque épreuve...

Dieu est Grand

unbebebienreel.over-blog.com 14/12/2013 22:16



Bakallahou fik!

Très belle citation que je ne connaissais pas et qui me parle beaucoup. :)



Salwa 10/12/2013 15:51

Assalam Alaykom ma soeur,

C'est un principe que je veux garder au fond de moi... Et j'en avais besoin en ce moment!!!!!!!!

Merci, merci, merciiiiiiii!!!

Barak Allahou Fiki!

unbebebienreel.over-blog.com 10/12/2013 16:09



Amin wa fiki! :)


Qu'Allah te facilite, j'imagine que ça ne doit pas être facile tous les jours avec ton mari aussi loin..