Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 juin 2013 7 09 /06 /juin /2013 14:20

dates.jpg

Mon girafon est né fin juillet 2012, le 10ème jour de Ramadan de l'année passée.

Comme j'étais en bonne santé et que ma grossesse se déroulait sans problème particulier, j'ai choisi de jeûner en attendant mon accouchement.

Bien-sûr, beaucoup de gens avec de bonnes intentions ont essayé de m'en dissuader, comme c'était l'été et que j'allais bientôt accoucher. Je peux les comprendre, et c'est vrai que dans cette situation-là, on se pose pas mal de questions...  

Mais c'était une évidence pour moi. Je voulais au moins essayer, et renoncer uniquement si cela posait un réel problème pour ma santé ou celle de mon bébé. Comment savoir sans avoir testé?

Je me suis donc bien renseignée (je parle ici des précautions à prendre), puis j'ai jeûné.

Voici un récapitulatif de mon expérience :

L'organisation des repas :

J'avais établi toute une stratégie concernant les horaires et les quantités que je devais boire ou manger. La priorité me semblait être les apports hydriques, vu la longueur des journées et la chaleur. Je ne voulais pas être déshydratée, il fallait que le liquide amniotique puisse se renouveler correctement.

Je procédais donc ainsi :

1er repas : Au moment de couper le jeûne (vers 21h40) :

1.) Echange de dattes pour couper le jeûne entre mon mari et moi.
2.) Mes "traitements" : mes doses d'homéopathie pour préparer l'accouchement, et des omégas 3 en gélules.
3.) Un bol de soupe de type chorba (contenant des légumes, des légumineuses, des vermicelles et un peu de viande) très fluide. 
4.) Un accompagnement de la soupe : par exemple un samossa et des bâtonnets de concombre.
5.) Beaucoup d'eau (entre 1/2 litre et 1 litre).
6.) Une tasse de tisane de feuilles de framboisier pour tonifier l'utérus (à prendre seulement à partir du 9ème mois de grossesse.)

2ème repas : vers 23h :

Un repas léger avec pas mal de féculents, légumes et des fruits frais.
Par exemple : une crêpe au fromage accompagnée de radis, haricots verts, et framboises.
Et de nouveau, beaucoup d'eau. (Environ 1/2 litre.) 

3ème repas : Le petit déjeuner (vers 3h30) :

Des fruits secs et une crème de Budwig (1) que je préparais la veille.
Et de nouveau, beaucoup d'eau, le plus possible avant la journée. (Généralement, un peu plus d'1/2 litre.)

En tout, je me forçais à boire quasiment 2 litres d'eau au cours de la nuit. (En plus de la soupe et de la tisane). Je ne mangeais pas de grosses quantités, l'eau me coupait un peu l'appétit.

Je dois dire aussi que je me sentais un peu lourde au cours de la soirée à cause de la quantité de liquide ingérée, mais au final, ce n'était pas aussi catastrophique qu'on pourrait l'imaginer. Je ne sais pas s'il était nécessaire d'en boire autant, mais au moins, je n'ai pas souffert de déshydratation.

Les nuits :

Enceinte, j'ai toujours très mal dormi. Je craignais donc les nuits de Ramadan, j'avais peur de dormir encore moins bien.

Bizarrement, durant cette grossesse, je n'ai jamais aussi bien dormi que lorsque je jeûnais. J'avais un sommeil très profond et réparateur, je me réveillais le matin en super forme. Au final, je crois que ça m'a mieux reposée que si je n'avais pas jeûné!

J'allais souvent aux toilettes, évidemment, avec toute l'eau que je buvais au cours de la nuit. Mais je me rendormais très rapidement une fois recouchée. Un changement très positif, alors qu'avant de jeûner, je passais des heures à me tourner dans tous les sens avant d'y parvenir.

La prise de poids :
   
Pour situer le contexte, je pense utile de préciser que je suis plutôt mince. En tout, j'ai pris 13 kg au cours de ma grossesse.

J'ai jeûné 8 jours avant d'accoucher.

Je n'ai pas pris de poids pendant le jeûne. Le dernier mois de ma grossesse, j'ai même perdu 600 gr. Mais au final, cela n'a pas été un problème. Je me sentais bien, et mon bébé allait bien aussi.

A la naissance, deux semaines avant la date calculée, mon girafon faisait 51 cm pour 3360 gr, et il était en pleine forme.

La chaleur :

Durant mes huit jours de jeûne, j'ai été confronté à deux journées aux alentours de 31 degrés. Ces jours-là, j'ai passé l'après-midi dans un parc très bien ombragé près de chez nous. Il y faisait plus frais que dans notre appartement. La quantité d'eau bue la nuit a été apparemment suffisante, ces jours-là se sont bien passés. Bien-sûr à la rupture du jeûne j'étais assoiffée, mais qui ne l'était pas?

La fatigue :

Je n'ai pas fait de malaise durant mes jours de jeûne. Le soir, avant de rompre le jeûne, je me sentais fatiguée, assoiffée et un peu irritable, mais comme tout le monde, je crois! Mon mari était pareil, en tout cas.

Un soir, j'ai eu une légère sensation d'hypoglycémie, une heure avant de manger. Cela s'est manifesté par une légère sensation de faiblesse au niveau des bras et des jambes. Mais je ne me sentais pas trop mal, il fallait juste que j'arrête de me dépenser. Je savais que quoi qu'il arrive, le bébé est le premier servi nutritionnellement. Donc si je me sentais capable de tenir encore une heure, le bébé avait de toute façon ce qui lui fallait. Je me suis allongée sur le canapé, et je n'ai plus bougé. BarbeDrue était à la maison, il s'est occupé de tout. Une fois le jeûne coupé, je me suis tout de suite sentie mieux. Bien-sûr, si j'avais été vraiment mal en point, je n'aurais pas attendu!

Le jour de l'accouchement, j'étais en forme. Le 9ème jour de Ramadan, le matin, les contractions ont commencé. J'ai donc rompu mon jeûne. L'accouchement s'est passé le lendemain matin, après 21h de contractions et une nuit blanche. Mais j'avais de l'énergie, et vraiment, j'étais bien.

Par contre, la journée qui a suivi la naissance, je ne pouvais pas tenir debout. Dès que je me levais, je devais me rassoir ou me coucher rapidement pour éviter de perdre connaissance. Je faisais d'énormes chutes de tension (sensation d'oreilles bouchées et d'entendre des sifflements stridents, vision rétrécie, vertiges et jambes en coton). J'ai l'impression que c'était surtout dû à ma nuit blanche de la veille, mais peut-être que c'était également lié au fait que j'avais jeûné plusieurs jours..

C'est difficile de savoir exactement la cause de ces malaises, tellement de facteurs sont imbriqués :  l'effort physique lié à l'accouchement lui-même, la perte de sang physiologique mais tout de même à prendre en compte, la nuit blanche de la veille, une alimentation légère depuis plusieurs jours, l'impact émotionnel...

Cela dit, le jour suivant, après m'être reposée, tout était rentré dans l'ordre.

Conclusion :

Tout s'est bien passé pour moi pendant ces huit jours de jeûne, en plein été et en fin de grossesse. J'ai pris mes précautions, et j'étais prête. Bien-sûr, huit jours ne font même pas un tiers du Ramadan. Dieu seul sait si j'aurais pu continuer plus longtemps. De toute façon, j'étais attentive, et si je m'étais sentie vraiment mal, j'aurais stoppé l'expérience.

Ma santé et celle de mon bébé étaient évidemment prioritaires.

Si c'était à refaire, je referai pareil, c'est-à-dire en réévaluant la situation au jour le jour. :)


Vous aimerez peut-être :

Allaiter et jeûner pour Ramadan c'est possible!
Grossesse et jeûne de Ramadan 


NOTES :

(1) : Crème de Budwig : il existe plusieurs recettes pour cette préparation.

Voici celle que je suivais : Je faisais tremper des flocons d'avoine dans un peu de lait pour les ramollir. Je mélangeais un petit fromage blanc nature avec une cuillère à café d'huile de cameline jusqu'à ce que l'huile soit émulsionnée et devienne indécelable. J'écrasais une banane (pour sucrer la préparation). Puis, je mélangeais les ingrédients en y ajoutant aussi des graines de lin. Je laissais le tout reposer au réfrigérateur avant d'aller me coucher. 

Cette "crème" a un aspect de porridge.  


PHOTO : Dattes deglet noor 

Partager cet article

Repost 0
Published by unbebebienreel.over-blog.com - dans Grossesse
commenter cet article

commentaires

la sorcière 09/06/2013 18:04

Tu es courageuse (ou pleine de foi ^^). Je pense que notre corps est capable de s'adapter à beaucoup de conditions et que tant que l'apport total est normal, il gère.

unbebebienreel.over-blog.com 14/06/2013 11:43



Je ne sais pas trop si je suis courageuse, mais effectivement, je pense que le corps humain s'adapte bien à toute sorte de changement. :)

L'important, c'est d'y trouver un sens et de faire en sorte de se nourrir et s'hydrater suffisament.