Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 avril 2013 1 15 /04 /avril /2013 15:09

    chatons.jpg

Peut-on parler d'allaitement sans avoir soi-même allaité?

Tout comme parler d'accouchement sans avoir accouché?

Pendant plusieurs années, cela a été mon cas. Dans mon travail, j'ai eu l'occasion d'accompagner de temps en temps des mamans en "pré-travail" avant leur départ pour la salle d'accouchement, puis énormément à leur retour dans le service avec leur bébé, dans les débuts de leur allaitement.

J'ai vu des allaitements qui coulaient de source. Des bébés endormis qui n'arrivaient pas à se réveiller pour téter. Des mamans avec des mamelons en sang. Celles qui tiraient leur lait pour leur bébé en néonatologie. D'autres qui espéraient tirer leur lait pour allaiter sans jamais mettre leur bébé au sein (si, si, c'est vrai!). Des seins engorgés énormes et durs comme du bêton. Tant de mamans, tant de bébés, tant d'histoires différentes...

Je me rappellerai toujours l'histoire d'une de mes collègues sage-femme. Une jeune femme motivée, zen, souriante, que j'apprécie beaucoup. Elle est d'une douceur et d'une patience aussi bien avec les mamans qu'avec ses autres collègues. Elle aussi a accompagné bien des mamans dans les débuts de l'allaitement...

Et la voila, avec son premier bébé, dans notre service. Avec son sourire ensoleillé, sa zénitude habituelle, et... des problèmes pour allaiter! Des crevasses, un bébé endormi et plein de doutes...

Jusque là, je m'étais toujours dit qu'avec toutes les connaissances professionnelles que j'avais, l'allaitement ne serait pas un problème. Mais sa situation remettait tout en cause. Une preuve flagrante de la différence entre la théorie et la pratique!

Lorsque ma poussinette est née, nous n'avons eu aucun problème lors de la mise en place de l'allaitement. Elle savait exactement comment téter, si vite et si efficacement que les tétées duraient à peine 5 minutes. Ensuite, elle devenait toute molle, sa petite tête dodelinait, la bouche en o avec quelques gouttes de lait sur sa joue ronde. Repue, elle s'endormait tendrement dans mes bras.

Des problèmes ?

Je n'ai jamais eu de crevasse de ma vie. Quelle chance!!

En fait, les problèmes rencontrés n'ont jamais été ceux auxquels je m'attendais.

Pour ma petite fleur, tout a commencé le 3ème mois quand ma pédiatre a réussi à me convaincre que mon bébé ne prenait pas assez de poids.

En vérité, ma pédiatre s'y connait très mal en allaitement maternel. Pour elle, c'est bien les 4 premiers mois, mais au delà, elle n'est pas favorable. D'autant plus si le bébé ne prend pas le poids "qu'il faut", alors là, rien ne va plus. Bah oui, avec le sein, impossible de répondre au pédiatre qui souhaite savoir combien de ml de lait le bébé boit par jour. En plus, ma pédiatre a des schémas très précis dans son esprit en ce qui concerne la prise de poids idéale que devrait avoir un enfant.

Heureusement que j'étais sûre de vouloir allaiter. J'ai continué, envers et contre tout. Elle a tout de même réussi à me déstabiliser, et les tétées sont devenues un moment de stress. Tant et si bien que ma fille n'était détendue pour téter que lorsqu'elle réclamait le sein dans la nuit, à moitié endormie. (J'en parle ici )

Pour le girafon j'ai décidé de ne pas m'en faire au sujet du poids qu'il pourrait prendre. Je ne prête plus aucune attention à ma pédiatre qui s'inquiète (encore) au sujet de la prise de poids...

Cependant, il y a eu quelques problèmes sur ma route, de nouveau... Pour commencer, j'ai découvert qu'un bébé pouvait être intolérant au lactose issu des produits laitiers de vache consommés par sa mère. Quelle surprise! J'ai donc supprimé les produits laitiers de vache de mon alimentation. (J'en parle ici et ici ... )
  
Puis, quel étonnement quand j'ai constaté que j'avais une mastite, alors qu'il avait 6 mois!! Je n'en revenais pas. Statistiquement, les mastites sont plus fréquentes au cours du premier mois d'allaitement, pour un premier enfant. J'avais allaité la petite fleur 20 mois, et j'en étais aux 6 mois du 2ème bébé...

Bref...
   
On peut parler d'allaitement ainsi que de tous les sujets de la maternité sans les avoir soi-même vécus, et acquérir de bonnes connaissances théoriques. Mais il est bon de considérer tout cela avec humilité.

Même en ayant de bonnes connaissances théoriques et en ayant soi-même allaité, on ne peut pas toujours faire un parallèle avec les autres situations vécues.

L'allaitement se vit au cas par cas. Il y a des connaissances de base à avoir si on souhaite que l'allaitement se passe bien. Après, chaque maman connaît son bébé, chaque bébé est un individu à part entière avec ses particularités, et chaque allaitement est une histoire unique entre deux êtres.

Une fois qu'elle connait les bases théoriques de l'allaitement, seule la maman sait vraiment ce qui convient à son bébé ou non. Et ce qui lui convient à elle ou non.

Ce qui reste sûr, c'est que notre lait sera toujours ce qu'il y aura de meilleur pour notre bébé. Meilleur que les laits infantiles, meilleur que les laits végétaux.


PHOTO : prise par Valérie F. Vip, avec une de ses portée.  

Partager cet article

Repost 0
Published by unbebebienreel.over-blog.com - dans Allaitement
commenter cet article

commentaires

oum Zakaria 15/04/2013 17:50

Salam alaykoum
Merci pour ton témoignage ! Et j'aime ta petite phrase sur l'humilité, c'est tellement juste !
Par contre, pourquoi ne pas avoir changer de pédiatre ?
J'espère que ta petite collègue a retrouvé confiance en elle, c'est sur que ça doit être très troublant à vivre...
Qu'Allah nous facilite à être attentive, respectueuse envers nos enfants, et à leur transmettre le meilleur.

unbebebienreel.over-blog.com 15/04/2013 22:39



Cette pédiatre a d'autres points forts. Niveau médical, elle ne pose pas problème, par exemple, elle donne très rarement des antibiotiques par rapport à d'autres. Ce sont seulement certains de
ses conseils qui ne me conviennent pas. Je prends d'elle ce dont j'ai besoin et je laisse le reste. Et puis, il faut le dire, il n'y a pas d'autre pédiatre vers chez nous (sauf une autre, qui est
pire à mon sens...).

Oui, ma collègue a réussi un bel allaitement finalement! :)

Amin, barakallahou fiki pour tes dou'a. Qu'Allah te protège ainsi que ta famille.