Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 octobre 2011 2 11 /10 /octobre /2011 10:57

 

grande-vague-kanagawa.jpg

 

Accoucher sans péridurale, c'est faisable! (Mais pas forcément facile) :)

Des milliards et des milliards de femmes l'ont fait, depuis la nuit des temps et partout dans le monde. En occident, actuellement, la péridurale est très généralisée, mais à l'échelle planétaire, le pourcentage des femmes qui y ont recours reste infime.

Cet article est découpé en plusieurs parties :

1.) Pourquoi est-il nécessaire de bien choisir le lieu de son accouchement?
2.) Informations utiles.
3.) Quelques conseils pour accoucher sans péridurale.
4.) Conseils de lectures sur le sujet.

1.) Pourquoi est-il nécessaire de bien choisir le lieu de son accouchement ?

En France, lors d'un accouchement dans un hôpital public, les sages-femmes doivent gérer plusieurs accouchements en simultané, et ont moins de temps pour accompagner la maman dans ce moment-là. C'est d'autant plus le cas si on choisit une "usine à bébés". D'autre part, le fait d'accoucher dans un lieu très médicalisé rend l'attente d'assistance plus forte de la part des parents, même inconsciemment. En effet, dans ce milieu, on se sent moins responsabilisé, moins acteur dans ses choix. C'est pour ces deux raisons que le recours à la péridurale est très généralisé en hôpital, lorsque l'on se retrouve dans les contractions les plus fortes.

Un accouchement sans péridurale n'est pas forcément un accouchement "physiologique". Ce dernier est peu médicalisé, la future maman n'est pas "attachée" de toute part (monitoring + perfusion + tensiomètre = autant de fils et d'entrave à la liberté de mouvements), il est possible d'accoucher dans la position qui parait la plus agréable pour la maman, pas forcément sur le dos ou sur le côté, etc...

En hôpital public, il est possible d'accoucher sans péridurale, mais il est beaucoup plus difficile d'accoucher de façon physiologique. Tout est très médicalisé, il y a beaucoup de protocoles systématiques pas forcément utiles hors  contexte pathologique.

Lorsque l'on souhaite accoucher sans péridurale, il semble donc judicieux de choisir un lieu de naissance adapté à ce que l'on souhaite. Certains parents se sentent rassurés d'aller accoucher dans une structure très médicalisée. Il est vrai qu'ainsi on élimine une grande part de risque, mais il faut savoir que ce genre de lieu généralise énormément la péridurale, et les équipes ne sont pas formées pour accompagner des accouchements sans péridurale et encore moins de façon physiologique.

Il existe des hôpitaux avec des salles d'accouchement dites "natures". Dans certains pays proches, on trouve aussi des maisons de naissance  (et même en France! J'en parle ici). Certains parents choisissent d'autre part d'accoucher à la maison.

Il faut tout de même se préparer un minimum à un accouchement sans péridurale.

2.) Informations utiles :

  • On entend souvent dire que l'accouchement fait partie des pires douleurs qui existent, mais bon, pas besoin d'en faire tout un plat! (On oublie très très vite!)
  • Même avec une bonne préparation, il serait étonnant de ne pas avoir mal lors des contractions, surtout celles de la fin.
  • Il y a une différence entre la douleur et la souffrance. La douleur de l'accouchement est physique et physiologique, elle est une aide pour mettre au monde son enfant. La souffrance, quant à elle, est psychologique, provient de nos angoisses, nos représentations, et notre difficulté à accepter la douleur. Si la douleur est une aide, la souffrance au contraire est un frein lors de l'accouchement.
  • La douleur a au moins 3 raisons d'être : 1.) elle rend plus "naturel" l'attachement mère/enfant (pour des raisons hormonales), 2.) elle aide aussi à se reconnecter avec nos instincts primaires. (notre nature de mammifère.), et 3.) c'est un guide qui nous pousse à prendre les positions les plus adaptées à la progression du bébé tout au long du travail.
  • Le mieux est de partir dans l'idée que la douleur sera telle qu'on se retrouvera comme une animale mettant au monde son petit à un certain moment.
  • Le fait de ressentir une douleur insupportable n'est pas un échec en soi.
  • Le fait de hurler comme un animal non plus. Parfois le cri peut même aider.
  • L'accouchement n'est pas linéaire. Certaines phases peuvent durer plus longtemps que d'autres, le travail peut commencer rapidement, puis ralentir, ou le contraire. Essayer d'estimer l'heure d'accouchement serait une erreur, cela peut induire un grand découragement une fois l'heure imaginée dépassée.
  • Le fait de bouger et changer de positions pendant le travail peut être une aide.
  • L'accouchement en soi doit se faire d'une façon primaire, instinctive, presque animale.
  • Il y a une phase de l'accouchement que l'on appelle la phase de désespérance.Cela arrive en général un peu avant la phase de la poussée du bébé. On se sent très vulnérable, en échec, avec une sensation d'incapacité de mettre au monde son bébé, et/ou la peur de mourir. C'est un moment où on peut être très tentée de prendre la péridurale. Cette phase est tout à fait normale et elle est passagère.
  • Des éléments qui peuvent perturber un accouchement : (1) Un pic d'adrénaline et tout ce qui stimule le néo-cortex. Donc à éviter :  l'adrénaline : le stress, la peur, le froid. Et ce qui stimule le néo-cortex :  les inhibitions, le fait de se sentir observée, une lumière vive, des questions trop précises qui stimulent trop l'intellect et obligent à revenir dans le mental pour y répondre.

 

Je vais revenir ici plus en détail sur ce dernier point :  

  1. Antagonisme adrénaline/ocytocine : Pour accoucher, le taux d'ocytocine doit être élevé. Il s'agit de l'hormone qui stimule les contractions, et aussi l'hormone de l'amour. Elle joue donc un rôle important dans l'attachement mère/enfant. Elle a également une action sur l'allaitement. Le fait d'avoir un taux élevé d'adrénaline diminue le taux d'ocytocine, et donc, a un effet négatif sur l'accouchement. L'adrénaline est l'hormone de la fuite. Elle est déclenchée par toutes les situations de stress.
  2. Néo-cortex : Une des diffcultés de l'accouchement des humaines (par opposition aux autres mammifères), c'est leur tendance à utiliser leur néo-cortex (raisonnement, intellect, rationalité). Cela les empêche de se laisser aller à leur "instinct" pour accoucher de façon "primaire".  

 

3.) Quelques conseils pour accoucher sans péridurale :

  • Une bonne préparation à l'accouchement, si possible avec une sage-femme indépendante. Haptonomie, méthode bonapace, sophrologie, apprentissage de l'auto-hypnose, etc... C'est surtout utile en amont de la naissance, de façon à limiter certaines peurs liées à l'accouchement.   
  • Impliquez votre homme dans votre projet, mettez-le au courant de vos connaissances.
  • Mettez des mots sur ce qui peut vous angoisser. Parlez-en avec votre homme et votre sage-femme.
  • Partez sans avoir peur de l'accouchement.
  • Faites-vous confiance.
  • Essayez de vous mettre dans un environnement familier et protecteur : lumière tamisée, chaleur, sons et odeurs que vous aimez, amenez votre propre oreiller si ça peut vous aider à vous sentir bien.. En gros : trouvez ce qui vous aidera à vous sentir bien sur place. Cela sera nécessaire également pour vous reconnecter avec votre cerveau primaire.    
  • Evitez la rationalité. Limitez les réflexions, discussions.    
  • Restez dans le moment présent. N'essayez pas de vous projeter, de vous fixer des objectifs, d'attendre un évènement particulier. Centrez-vous sur vous-même et ce qui se passe en vous au moment même.
  • Toujours dans un premier temps, vous pouvez imaginer que les contractions sont des vagues qui vous recouvrent, puis se retirent. Mais comme je l'ai dit plus haut, la rationalité est à éviter, donc si cela vous demande trop de concentration, laissez tomber..    
  • Tant que vous pouvez, respirez profondément, de façon à être la plus détendue possible.
  • Pensez à votre bébé, parlez-lui, rassurez-le, guidez-le, vous faites le chemin ensemble.
  • Dites à votre conjoint (ou la personne présente avec vous à ce moment-là) ce qui vous aide le plus. Peut-être que vous préférerez qu'il ne vous parle pas beaucoup et qu'il ne vous touche pas pour pouvoir rester dans votre bulle, connectée aux évènements "internes", à  votre instinct.
  • Profitez du temps entre deux contractions pour vous détendre et récupérer.  
  • Soyez consciente que vous ne pourrez pas forcément rester "zen" jusqu'au bout. Et ce n'est pas du tout un problème de ne pas être "zen" lorsque l'on accouche! :)  
  • Si vous arrivez à "gérer" la douleur, tant mieux. Si vous perdez le contrôle, ce n'est pas un échec. N'essayez pas de tout maîtriser à tout prix. Un lâcher prise est nécessaire. Au bout d'un moment, vous n'aurez peut-être plus envie de souffler, de vous concentrer sur la respiration, d'imaginer des vagues ou que sais-je... Laissez-vous aller à votre instinct. Criez, hurlez, vous aurez l'air d'une possédée, peu importe!
  • Acceptez la douleur comme une amie, qui vous aide à faire venir votre bébé au monde.
  • C'est la douleur extrêmement intense qui vous connectera à votre instinct primaire.
  • On oublie très vite les douleurs de l'accouchement! ;)

 

Je répète un peu certains concepts, parce qu'ils me paraissent importants et pas forcément faciles à saisir...


4.) Conseils de lectures sur le sujet :

 

 

Vous aimerez peut-être :

Comment "entrer dans sa bulle"?
Sans péridurale et sans douleur?
Analyse rétrospective de mon premier accouchement
Récit d'un accouchement sans péridurale 
La péridurale, une libération?
Contractions, sensations...
Je n'ai jamais eu peur.     

 


NOTE :

(1) Bien expliqué par le Dr Michel Odent dans "L'amour scientifié", "Le bébé est un mammifère", et "Intimes naissances" (dans lequel il a écrit un chapitre sur l'accouchement physiologique). J'en reparle plus en détail dans  L'amour scientifié .

Image : La grande vague de Kanagawa (1831), par Katsushika Hokusai

 

Partager cet article

Repost 0
Published by unbebebienreel.over-blog.com - dans Accouchement sans péridurale
commenter cet article

commentaires

MLine 31/08/2017 20:56

Bravo pour cet article plein de bonne info! J'ai moi aussi accouché sans péridurale en essayant de glaner à gauche à droite des informations que je n'ai pas eu au près des professionnels qui s'occupaient de ma grossesse. Heureusement que les mamans sont là pour se soutenir. J'encourage moi aussi toutes les futurs mamans qui souhaitent tenter l'aventure de l'accouchement naturel à avoir confiance en elles et en leur bébé pour faire de ce moment délicat un souvenir magique. Très bel aventure à toutes by Mummyline

Sherley 02/06/2016 13:27

J'ai accouché il y a maintenant 9 jours de mon premier petit bout et je n'étais pas vraiment préparé

unbebebienreel.over-blog.com 02/06/2016 13:54

Félicitations pour la naissance de ton enfant. J'espère que tout s'est bien passé malgré le manque de préparation. C'est vrai que dans notre société, ce n'est pas évident de trouver les bonnes informations concernant l'accouchement. <3

Naomi 14/08/2015 10:05

Merci beaucoup pour cet article j'ai vecu mon premier accouchement sans peridural et jai lu votre articles avant et après. Cela m'a aider a m'ecouter pendant l'accouchement et a me sentir moin bete apres quand je repensais a la bestialité de mes cris qui me faisais un peu honte (alors que c'est normal ...) tres bon article !

unbebebienreel.over-blog.com 14/08/2015 14:19

Félicitation pour l'arrivée de votre tout petit, j'espère que tout se passe bien chez vous. :) et merci pour votre retour. Quand j'ai accouché de mon premier enfant, j'ai manqué d'information sur beaucoup de choses. En découvrant les informations par la suite, je me suis dit qu'elles seraient sûrement utiles à d'autres. Je suis donc très heureuse si cet article vous a aidée. Et oui, c'est tout à fait logique et même souhaitable d'accéder à un autre niveau de conscience quand on accouche, et les cris font souvent partie du processus. :) Et cela n'empêche pas que votre accouchement fut probablement merveilleux. je vous souhaite une très bonne suite dans votre nouvelle vie de maman.

Virginie 30/09/2014 16:59

Merci pour tous vos précieux commentaires sur la préparation à l'accouchement sans péridurale. Très clair et éclairant ! Je me prépare à mon troisième accouchement, que je désire vraiment sans
péridurale et physiologique cette fois ci. Merci.

unbebebienreel.over-blog.com 01/10/2014 22:12


Merci pour ce retour. Je vous souhaite un très bel accouchement. :)


LENIE 19/07/2013 10:31

merci pour cet article vraiment. je suis maintenant un peu rassuraré. j'ai retenu la pharse ou vous dites de prendre la douleur comme un amie qui vous aide à mettre au monde votre bébé. je suis bcp
plus zen maintenant.

unbebebienreel.over-blog.com 19/07/2013 15:27



J'espère que ce sera une aide pour un bel accouchement! :)



sobaba 15/04/2013 14:16

très bel article !

unbebebienreel.over-blog.com 15/04/2013 15:30



Merci! :)



Agathe Mousselon 11/03/2013 14:50

Bonjour,

Je souhaite pour mon deuxième enfant un accouchement sans péridurale à l’hopital. Je recherche pour cela une sage femme qui serait prête à me préparer en ce sens sur Paris.

Pourriez vous m’aider ?

Chaleureusement et merci déjà pour ce bel article

unbebebienreel.over-blog.com 11/03/2013 15:17



Bonjour,

Il existe de nombreuses sages-femmes indépendantes à Paris qui pourront vous renseigner sur le sujet. Si ce n'est pas indiscret, quel terme de la grossesse êtes-vous?

Avez-vous déja choisi le lieu d'accouchement?

Je vous conseille vivement la lecture de livre "intimes naissances", ainsi que "le bébé est un mammifère". J'ai fait également d'autres articles sur ce blog en lien avec l'accouchement sans
péridurale, qui pourront vous donner peut-être quelques pistes.